SEUL LE FÉDÉRALISME PEUT SAUVER LE FRANÇAIS

SEUL LE FéDéRALISME PEUT SAUVER LE FRANçAIS
Selon le président du Sénat français, M. Christian Poncelet.

Un article du journaliste Michel Dolbec de la Presse canadienne « Le président du Sénat français prend la défense du fédéralisme canadien » publié dans le quotidien québécois La Presse du samedi 16 septembre 2000 nous apprend que le président du Sénat français, M. Christian Poncelet, aurait déclaré, parlant de la survie de la langue française au Canada, à des déput és et sénateurs canadiens et français réunis à Paris pour le 35e anniversaire de la coopération parlementaire franco-canadienne : « le fédéralisme, bien tempéré, reste la meilleure garantie du maintien de la francophonie dans l’ensemble des provinces (canadiennes). »

Cette déclaration de M. Poncelet ne cesse d’en étonner plusieurs surtout quand on connaît la fragilité de la langue française, de la culture d’expression française et des institutions francophones au sein de la fédération canadienne.

Nous invitons M. Poncelet à lire attentivement, entre autres, les deux textes suivants publiés par Impératif français sur son site Internet lesquels sauront, nous l’espérons, lui faire comprendre que le Canada est un pays assimilateur faisant subir à la langue française et aux institutions de la francophonie canadienne un sort fort peu enviable :

LE CANADA L’ADMET OFFICIELLEMENT…
LE FRANçAIS EST EN PéRIL AU CANADA

LA DISPARITION TENDANCIELLE OU
L’EXTINCTION INTERGéNéRATIONNELLE

L’adresse électronique et la page Internet du président du Sénat français, M. Poncelet, sont :
c.poncelet@senat.fr
http://www.senat.fr/senfic/poncelet_christian.html

(Le 19 septembre 2000)