SERVICES EN FRANÇAIS EN ONTARIO

SERVICES EN FRANçAIS EN ONTARIO
Les bureaux fédéraux. Rapport du Commissariat aux langues officielles.

Le présent rapport donne suite à l’étude que nous avions entreprise en 1994 pour
déterminer dans quelle mesure les bureaux fédéraux désignés bilingues offraient
des services de bonne qualité en français et en anglais. Ce rapport traite de la
situation en Ontario. Il vise à déterminer si les recommandations faites en 1994
ont porté fruit et à obtenir des correctifs efficaces à toute lacune relevée dans les
bureaux faisant l’objet du suivi. Le suivi a porté sur 76 des 752 bureaux désignés
bilingues.

Compte tenu des recommandations faites en 1994 et des plans d’actions
préparés par les institutions fédérales pour y donner suite, les résultats obtenus
font état de légers progrès dans plusieurs domaines, mais ils sont dans l’ensemble
insatisfaisants. Les institutions fédérales en Ontario doivent prendre des
mesures énergiques pour faire en sorte que les services en français
soient disponibles en tout temps.

La capacité bilingue globale des bureaux désignés a connu une légère
augmentation de 2 p. 100 pour se situer à 66 p. 100 des bureaux visités. Par
ailleurs, il est toujours difficile d’obtenir de façon constante des services de qualité
en français au téléphone. Certains bureaux continuent tout de même à offrir des
services de qualité dans les deux langues.

On constate que tous les éléments matériels reliés à la prestation du service dans
les deux langues officielles, tels que l’affichage et la documentation, se sont
améliorés. La proportion des bureaux affichant le symbole des services dans les
deux langues est passée de 50 à 80 p. 100. Par ailleurs, à peine 16 des 72
bureaux (22 p. 100) où nous nous sommes présentés offraient un accueil dans les
deux langues en personne. Quant à l’accueil bilingue au téléphone, il se faisait
dans les deux langues de façon constante dans 52 p. 100 des cas. La disponibilité
du service au téléphone en français accuse un léger recul : en 1999, seulement
68 p. 100 des bureaux désignés ont été en mesure d’en assurer une prestation
constante par rapport à 70 p. 100 en 1994. Par contre, le service en personne,
s’est amélioré : il est passé de 66 p. 100 en 1994 à 76 p. 100 en 1999. On note
aussi que le personnel est maintenant beaucoup mieux informé des obligations
linguistiques du bureau. Malheureusement, les directives ne sont pas toujours
suivies. La prestation de la gamme entière des services dans les deux langues
officielles ne fait toujours pas partie intégrante de la gestion courante de la
majorité des bureaux désignés.

L’étude en entier est disponible à l’adresse suivante: http://www.ocol-clo.gc.ca/serviceONTf_ab.htm#Anchor100