SALISSAGE DE RÉPUTATION

SALISSAGE DE RéPUTATION

UNE RIPOSTE S’IMPOSE !

Trop, c’est trop… Afin de ne pas laisser sans ripostes les
attaques mensongères et infamantes dont le Québec, ses institutions et sa langue font
de, plus en plus, sournoisement l’objet de la part du Canada anglais, nous invitons nos
concitoyens et concitoyennes du Québec et de la Francophonie à intervenir rapidement et
en grand nombre pour rétablir les faits.

En effet, il est urgent de dénoncer auprès des mêmes instances
où elle a cours, soit les organismes internationaux (Nations-Unies, ambassades,
consulats, etc. ), les O.N.G. (organismes non gouvernementaux), les gouvernements
étrangers, voire les simples citoyens des autres pays, l’avilissante campagne contre le
Québec à laquelle se livre actuellement le Canada anglais, en les informant que tout
cela n’est que intolérance et hargne colonialiste à l’égard de la langue française, de
la francophonie canadienne et des légitimes aspirations des Québécois.

Le réseau Internet (courrier électronique, groupes de discussion,
sites Web, etc.), les médias, les institutions d’enseignement universitaire, les forums
et les échanges internationaux, la chanson, la littérature, etc. peuvent être
d’excellents moyens pour nous de dénoncer et de condamner de tels agissements.

Par exemple, la communauté internationale serait sûrement
indignée d’apprendre que ce que, sous leur attitude hypocritement vertueuse, nos
détracteurs anglo-canadiens s’acharnent à lui cacher, ce sont, en réalité, leurs
propres turpitudes, à savoir :

  1. que la fédération canadienne, son Premier ministre et les
    gouvernements de certaines provinces anglophones mènent une campagne de déstabilisation
    et de désinformation à l’endroit du Québec en brandissant en toute occasion les menaces
    de morcellement («partition») du territoire du Québec…;
  2. que, tout en se disant «fiers» d’appartenir à un pays qui, sur la
    scène internationale, se targue de «bilinguisme officiel», près de 92 % des Canadiens
    anglais méprisent trop leur concitoyens de langue française pour daigner en apprendre un
    tant soit peu la langue;
  3. que, avec le silence complice du bureau du Premier ministre du Canada
    qui en est cependant dûment informé, on s’emploie à jeter un irréparable discrédit
    sur le Québec en faisant planer un doute pseudo «scientifique» sur la santé mentale de
    la classe politique québécoise à travers la personne du premier ministre du Québec. Ce
    soi-disant Profil psychiatrique «négatif» du premier ministre de tous les Québécois,
    M. Lucien Bouchard, qui, à la demande d’un député du parlement canadien et ancien
    éditeur du Financial Post, M. John Godfrey, a été élaboré «secrètement» par le
    docteur Vivian Rakoff, psychiatre de l’establishment anglophone, ne fait-il pas
    irrésistiblement penser aux tactiques d’intimidation du maccartysme ou de l’ex-URSS par
    exemple ?
  4. que, avec la cynique indifférence d’un gouvernement fédéral qui ne
    se fait le «défenseur des minorités» que lorsque celles-ci ne parlent pas le
    français, l’Ontario vient de procéder à la fermeture camouflée de l’hôpital Montfort,
    seul hôpital francophone à l’Ouest du Québec qui puisse servir d’assise à la formation
    d’un corps médical francophone et au maintien de services de santé en français dans
    cette région est-ontarienne qui, en plus d’être la terre d’accueil de la capitale
    soi-disante «bilingue» du Canada, est le foyer numériquement le plus important de la
    francophonie nord- américaine hors-Québec.
  5. que, chiffre qui montre bien l’état réel du rapport de force contre
    lequel doivent lutter les Québécois et les Québécoises qui veulent demeurer des
    francophones dans cet océan anglophone nord-américain, le taux d’assimilation
    linguistique des francophones au Canada hors-Québec est de 35 p. cent;
  6. que le gouvernement fédéral encourage (à même un trésor public
    auquel les Québécois contribuent pour plus du quart) les attaques de toute provenance et
    de toute nature qui sont portées, tant au Canada qu’à l’étranger, contre la politique
    linguistique québécoise;
  7. que…

Il est impératif de contrer, avec vigueur, toutes ces
attaques pernicieuses à l’endroit du Québec et de la francophonie canadienne et de
dénoncer, avec force, l’intolérance du Canada anglais. L’image du Québec et de la
francophonie canadienne en dépend…

Jean-Paul Perreault
Président
Tél. et téléc. : (819) 684-7119
Courriel : imperatif@imperatif-francais.org