RÉPONSE À L’EUROISPA

RÉPONSE À L’EuroISPA

NDLR Pour faire suite à la réponse d’EuroISPA à un message électronique d’un citoyen – Monsieur éric Perceval – qui déplorait à juste titre l’unilinguisme anglais de leur site Internet, un de nos correspondants européens leur a fait parvenir les commentaires suivants qui demeurent toujours sans réponse. Vous trouverez le message de monsieur Perceval et la réponse d’EuroISPA à l’adresse : EUROISPA

Bonjour,

Suite à l’unilinguisme anglais du site d’Euroispa http://www.euroispa.org, je me suis permis de réagir au message que cet organisme a envoyé pour se justifier et je vous en fais part.

Je précise aussi que je n’ai reçu aucune réponse suite à ma réaction.

>Notre organisme en effet date de peu de temps: dans le but de rendre
>notre site operationnel dans les plus brefs délais (et en fonction de
>nos ressources) nous avons choisi de le rédiger en anglais.

Je pense que ce choix est déjà discutable. Pourquoi privilégier une seule langue, l’anglais?

A défaut de rédiger votre site dans les langues des différents membres de votre association, vous auriez pu au moins le rédiger dans deux ou trois langues, afin de donner un CHOIX aux Européens qui consultent votre site. Pourquoi imposer cette dictature de l’anglais?

Cet unilinguisme anglais est d’autant moins acceptable que votre site ne comprend pas énormément de pages et que la création d’autres versions ne demande pas tant de "ressources" que cela. J’ai en fait bien peur que cela ne soit, comme souvent, un choix délibéré de tout rédiger dans une seule langue (qui, comme par hasard, est toujours la même…). On promet d’autres versions à venir. Mais le moins que l’on puisse dire est que cela prend du temps. Autant la version en anglais apparaît toujours très rapidement, autant les versions dans les autres langues apparaissent bien plus tard (quand elles apparaissent!) et sont souvent moins complètes.

>Grâce à la diversité culturelle et linguistique de notre continent, on
>parle plusieurs langues en Europe. Et bien que nous ne veullions pas
>privilégier une langue sur une autre, il faut bien qu’on se parle, se
>communique. Et aussi lamentable qu’il vous pourrait sembler, toujours
>est-il que l’anglais est la langue préférée d’un français qui adresse
>un finlandais ou un néerlandais, par exemple.

Qu’est-ce que c’est que cette sottise qui voudrait que l’anglais soit "la langue préférée d’un français qui adresse un finlandais ou un néerlandais, par exemple"???

Tout d’abord, à la lecture de votre message, je pense que vous n’êtes pas de nationalité française. Je me demande donc comment vous pouvez affirmer ce que vous écrivez. De plus, quelle preuve apportez-vous? Sachez que la grande majorité des Français parle très mal l’anglais, voire pas du tout!

Moi, je suis Français. Et quand je suis à l’étranger, je me suis toujours débrouillé sans un mot d’anglais. Et permettez-moi de trouver très impoli la manière dont certains touristes anglophones s’adressent directement en anglais aux autochtones de certains pays. C’est tout simplement scandaleux!

Quand on est à l’étranger, il faut respecter le plus possible la culture du pays que l’on visite. Sinon on reste chez soi!

Si on ne parle ni le finnois, ni le néerlandais, on ne va pas en Finlande ni aux Pays-Bas, et, si on veut y aller et que l’on veut communiquer, on fait un effort pour apprendre un minimum la langue de ces pays.

>Le fait est que l’anglais est plus connu au sein de l’Europe que le
>français,

L’impérialisme linguistique américain est très efficace. Rappelons tout de même que l’anglais n’est la langue maternelle que de 8% des Européens…

Heureusement, le français est là dans les institutions européennes pour contre-balancer un peu cette hégémonie.

>et ceci explique pourquoi le choix de l’anglais pour débuter un site
>Internet nous paraît plus logique.

Dans un souci de ne pas privilégier une langue en particulier, il m’aurait semblé plus correct de rédiger le site au moins dans deux langues.

>Dans le long terme, pourtant, nous trouvons que l’omission d’autres
>langues sur notre site ne se justifie pas. C’est pourquoi nous avons
>l’intention d’effectuer des traductions en d’autres langues
>communautaires dès que possible.

Dieu vous entende!
A quand ces nouvelles versions?

>Mais nous soutenons notre décision d’émettre le site en anglais:
>surtout en tenant compte de notre siège à Bruxelles. Nous vous
>rappellons que la Belgique n’est pas entièrement un pays francophone:
>il existe trois langues officielles et aujourd’hui les flammands sont
>plus nombreux que les francophones.

He bien, alors, où est la version en néerlandais? De plus, les Flamands sont certes plus nombreux que les francophones.

Mais mentionnons aussi que Bruxelles est une ville largement francophone (plus de 90%).

Ceci dit, votre site est européen. Et il ne faut pas mélanger la situation linguistique européenne et celle de la Belgique. Les deux choses sont différentes.

>En fait, Bruxelles est une ville à statut bilingue et pour des raisons
>"diplomatiques" entre communautés linguistiques, l’anglais est souvent
>préférée au français et au néerlandais.

Les raisons "diplomatiques" dont vous parlez, c’est surtout l’impérialisme linguistique américain.

Quand à la Belgique, je ne serais pas mécontent qu’elle éclate, comme le désirent de nombreux Flamands. Le plurilinguisme de ce pays tend de plus en plus à profiter à l’anglais (une langue qui n’est même pas officielle en Belgique). C’est tout simplement un non-sens.

>Nous trouvons donc, que notre choix de l’anglais n’est pas du tout
>incompatible avec un siège à Bruxelles.

Le choix de l’unilinguisme anglais est surtout incompatible avec le fait que vous soyez un organisme européen. Où est le plurilinguisme sur le site?

>Ceci ne veut pas dire pour autant que nous ne respectons pas la
>diversité linguistique en Europe. Il existe 11 langues communautaires
>officielles au sein de l’EU: notre sectrétariat en parle 6 (l’anglais,
>le français, l’allemand, l’espagnol, l’italien, le danois), ce qui
>n’est déjà pas mal pour une équipe de 3 personnes. Nous sommes très
>conscients qu’il y a d’autres langues que l’anglais et quand
>l’occasion se présente, il nous fera plaisir d’ouvrir notre site à une
>audience plus large et de voir côte à côte l’anglais, le français et
>les autres langues qui ne sont pas moins importants.

C’est très bien, mais quand ces versions verront-elles le jour?

>En vous souhaitant de très bonnes fêtes, je vous prie d’agréer
>Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Quand je vois les ravages de l’impérialisme linguistique anglo-saxon, je peux vous assurer que les fêtes que je passe ne sont pas aussi bonnes que cela.

L’anglais deviendra-il incontournable au siècle prochain? Ca fait vraiment peur! C’est donc cela l’Europe que l’on nous prépare? L’anglais devant et le reste après, si l’on veut bien?

"Bonnes fêtes", comme vous dites… Amusons-nous pour oublier la colonisation linguistique.

Bonnes fêtes à vous aussi malgré tout.

Grégoire ROSTROPOVITCH

NDLR Les coordonnées d’EuroISPA sont :

Katherine Reed
Secrétariat de l’EuroISPA
Rue Montoyer, 39
1000 Bruxelles
Tel: +32 2 503 22 65
Fax: +32 2 503 42 95
joe.mcnamee@village.uunet.be