RESPECT DE L’ACCENTUATION DES CAPITALES

RESPECT DE L’ACCENTUATION DES CAPITALES
Des remerciements au nom de la langue française.

Nos victoires ne sont pas suffisamment nombreuses pour que nous taisions les
plus modestes. Nous avions déjà obtenu que Club-internet accentuât les
minuscules dans ses messages à destination de leurs abonnés (520 000).

Une deuxième offensive pour l’accentuation des lettres capitales vient de se
solder par une autre conversion à l’orthodoxie typographique, au service de
notre langue. Désormais, les messages de Club-internet, sauf accident,
comporteront des accents sur les minuscules et sur les capitales.

Pour ceux qui ont à convaincre leur entourage, ils trouveront, en pièce
jointe, un récapitulatif des messages échangés. Cela leur fournira peut-être
un argumentaire utile.

Nous pouvons également souligner l’intelligence commerciale de Madame Agnès
Faurey, responsable du service "avantages abonnés" de Club-internet,
qui a bien voulu se rendre à mes arguments.

Pour ceux qui sont abonnés à Club-internet, je suggère de lui adresser
un message pour la féliciter et la remercier au nom de la langue française.

Cordialement

Marceau Déchamps
Dlf78@club-internet.fr


MD0268 2 décembre 2000

échange avec le service clientèle de Club-internet
à propos de l’accentuation des lettres capitales

Message de M.D. Le 29/11/2000
(en réponse à un message d’offres commerciales de Club-internet où les
capitales n’étaient pas accentuées)
Messieurs,
Pour vous montrer qu’on peut accentuer les capitales
RELAIS ET CHâTEAUX à PRIX «CLUB» (alt+ 0194 et alt+0192)
10 000 CADEAUX DERNIèRE SEMAINE (alt + 0200)
LES NOUVEAUTéS, SURFEZ DISNEY (alt + 0201)
Je tiens un tableau des codes ANSI, pour l’accentuation des capitales,à votre
disposition.

Marceau Déchamps

Message de Club-internet le 30/11/2000
Cher abonné,
Nous avons bien pris connaissance de votre remarque, et nous vous en remercions.
Comme vous, nous nous sommes posé la question de l’utilisation d’accents sur
les majuscules, et nous avons préféré ne pas en mettre comme la langue
française l’autorise. Nous restons à votre entière disposition pour toute
autre observation dont nous essayerons de tenir compte dans la mesure du
possible.
Nous vous remercions de votre confiance et de votre fidélité.
Cordialement,

Agnès Faurey
Responsable des avantages abonnés

Message de M. D. le 1er décembre 2000

Chère Madame,
Permettez-moi de m’inscrire en faux à propos de la croyance couramment
répandue qu’il n’y aurait pas d’obligation d’accentuer les capitales. Il faut
d’abord faire le distinguo entre les capitales et les majuscules. La majuscule
est la première lettre, écrite en capitale, d’un nom propre ou du mot
commençant une phrase. Cette majuscule, dans l’écriture manuscrite,
bénéficie effectivement d’une tolérance de non accentuation. Mais, les mots
écrits complètement en capitales et les majuscules d’imprimerie doivent être
accentués. Je prends pour référence le Dictionnaire des règles
typographiques édité par le Centre de formation des journalistes (170 F chez
tous les bons libraires) et les Règles typographiques en usage à l’Imprimerie
nationale (89 F chez les mêmes libraires). Je vous cite un court extrait de ce
dernier ouvrage au chapitre Accent (utilité de l’):
«En français, l’accent a pleine valeur orthographique. Son absence ralentit la
lecture et fait hésiter sur la prononciation, sur le sens même de nombreux
mots. Ainsi convient-il de s’opposer à la tendance qui, sous prétexte de
modernisme, en fait par économie de composition, prône la suppression des
accents sur les majuscules. On veillera à utiliser systématiquement les
capitales accentuées, y compris la préposition à. On évitera ainsi de
désorienter le lecteur ou même de l’induire en erreur comme ce pourrait être
le cas dans les deux exemples suivants:
ENFANTS LEGITIMES et ENFANTS LéGITIMéS de LOUIS XIV
ETUDE DE MODELE et éTUDE DE MODELé
…»
Cette référence à l’Imprimerie nationale n’est-elle pas suffisante pour vous
convaincre ?
J’ajoute que l’écriture doit être au service de la langue et qu’elle doit
retranscrire correctement les mots de notre vocabulaire. Notre langue n’est-elle
pas, par ailleurs, suffisamment maltraitée pour que nous n’ajoutions pas à son
déclin ?

Je vous prie d’agréer, Chère Madame l’expression des mes respectueux
hommages.

Marceau Déchamps
vice-président de l’association
Défense de la langue française
http://www.langue-francaise.org

Message de Club-internet le 1er décembre 2000

Cher Marceau Déchamps,
Je vous remercie de votre réponse.
Nous apportons la plus grande attention à la rédaction de nos e-mails et de
nos écrits en général. C’est donc avec plaisir que nous tiendrons compte de
votre observation. Désormais, nos capitales seront accentuées.
Nos équipes restent à votre entière disposition pour toute autre remarque
susceptible d’améliorer notre communication. Je vous remercie de votre
confiance et de votre fidélité à Club-Internet.

Cordialement,

Agnès Faurey
Responsable des avantages abonnés