RAPPORT DEMANDÉ

RAPPORT DEMANDé

En 1994, le Parti québécois avait mis sur
pied, à la demande des régions de l’Outaouais et de Montréal,
un Comité sur les besoins et la situation des francophones
de Montréal et de l’Outaouais
.

Plusieurs personnes et organismes ont
soumis, de bonne foi, des mémoires. Depuis, aucun rapport final
n’a été rendu public et rien de concret n’a été fait pour y
améliorer la situation précaire de la langue française.
L’environnement culturel de ces deux régions exige pourtant,
depuis toujours, des mesures énergiques…

Le Gouvernement du Québec et le Parti
québécois ont choisi de maintenir la Loi 86, loi dont les
effets anglicisant ne sont plus à démontrer. L’Outaouais et
Montréal en subissent durement les conséquences !

Plus que jamais, il est urgent de
connaître les moyens qu’entendent, concrètement,
adopter et mettre en vigueur le gouvernement et le Parti
québécois pour venir en aide à la langue française en
Outaouais et à Montréal, régions où l’assimilation favorise
toujours la langue anglaise; régions où il est trop souvent
difficile d’être reçu et servi en français; régions où le
discours du français, langue publique commune et seule langue
officielle, est contredit par la réalité; régions où les
organismes gouvernementaux québécois et autres administrations
mettent sur un pied d’égalité les langues française et
anglaise en pratiquant un bilinguisme institutionnel; régions
où dans bien des cas l’affichage est carrément illégal;
régions où il est difficile de travailler en français…

ça presse ! Qu’entendent-ils faire concrètement
? Le temps des beaux discours est révolu… Les intérêts
supérieurs de ces deux régions exigent une réponse.