QUÊTER LE FRANÇAIS AU QUÉBEC : RIDICULE

QUêTER LE FRANçAIS AU QUéBEC : RIDICULE

La municipalité de Shawville dans le Pontiac devrait être
"soustraite à l’application complète de la Charte de la langue
française". C’est un membre de l’Assemblée nationale, le député
libéral Robert Middlemiss, qui vient d’en faire la proposition au nom de la
"paix sociale". Incroyable! Jusqu’où ira le mépris du français par une
certaine minorité anglophone québécoise et par ses représentants?

Le Mouvement estrien pour le français proteste énergiquement contre
cette effronterie qui, si elle se concrétisait par faiblesse gouvernementale, obligerait
les francophones à quêter le français sur le territoire du Québec, comme en de
nombreux endroits de l’île de Montréal. C’en est déjà trop que les
francophones hors Québec soient continuellement en situation de quêteux.

Suggérer d’occulter le français dans les services publics et
commerciaux d’une région du Québec, pays du français langue officielle, quelle
anormalité. Dans ce même Québec, les services en langue anglaise sont disponibles
partout, pour tous les anglophones. En plus de faire vivre quotidiennement
l’anormalité aux nombreux francophones du Pontiac, Shawville veut légaliser son
refus du fait français. La vase déborde.

La situation linguistique dans ce coin de pays – où l’on
ridiculise ouvertement la Charte de la langue française – est connue depuis
longtemps. Qu’agissent enfin, de leur propre initiative, la Commission de protection
de la langue française et l’Office de la langue française ( qui omettent,
probablement en raison d’interférence gouvernementale, d’exercer efficacement
leurs pouvoirs d’intervention ) de façon à ce que la langue officielle du Québec
soit respectée et pour éviter que les francophones du Québec soient bafoués.
Qu’avec imagination et un sursaut de courage, le gouvernement Bouchard (
contrairement à ce qu’il vient de se laisser passer par Alliance anti-Québec dans
les 16 régies régionales de la santé ) requiert de la part de toutes les
administrations publiques, industrielles et commerciales du Pontiac des Programmes de
services pour les personnes d’expression française. Cela, sans que le Gouvernement
craigne le ridicule, si c’est le prix à payer pour que la langue française soit
réellement LA langue officielle partout au Québec, y compris dans le Pontiac et à
Shawville en particulier.

Il serait intéressant de savoir de monsieur Jean Charest, député de
Sherbrooke et chef de l’opposition officielle, si monsieur Middlemiss reflétait la
position des libéraux en suggérant la création de ghettos anglais au Québec…

Jacques Poisson
Président
Mouvement estrien pour le français
1920, rue Grime téléphone : (819) 565 – 1076
Sherbrooke (Québec)
J1J 1E7 télécopie : (819) 565 – 8071
courriel : m.e.f.@sympatico.ca
site : www.mef.qc.ca

Sherbrooke, 99-07-24