QUÉBEC, LE 18 SEPTEMBRE 2001

QUéBEC, LE 18 SEPTEMBRE 2001

Deux voies conduisent à la souveraineté des états contemporains. Avec la première,
l’état et l’essentiel de son territoire sont préexistants. Avec la seconde, une
minorité nationale en est le moteur. C’est le cas au Québec depuis le début des années
1970.

Dans ce livre, Claude Bariteau explique l’émergence du projet souverainiste actuel. Il
révèle, entre autres, que ses assises culturelles ne sont pas indépendantes de
l’application, au Québec, de l’Indirect Rule. Mode de gestion des colonies mis au point
par les dirigeants britanniques, l’Indirect Rule conduit à la subordination puis à la
dévalorisation de la culture des peuples conquis. Aussi, ces derniers ont-ils tendance à
affirmer leur culture lorsqu’ils aspirent à la souveraineté.

Par ailleurs, l’Indirect Rule implique le contrôle des populations conquises avec
l’appui d’intermédiaires locaux associés aux détenteurs du pouvoir. La création du
Canada en 1867 et sa redéfinition, en 1982, ont été fortement influencées par ce mode
de gestion de telle sorte que la reproduction des élites fédéralistes québécoises en
est toujours tributaire.

Pour Bariteau, si la souveraineté se justifie amplement depuis le rapatriement de la
Constitution, le processus de mondialisation en cours la rend incontournable. à ses yeux,
les souverainistes devraient toutefois valoriser la citoyenneté, plutôt que la culture,
en privilégiant un projet foncièrement civique d’inspiration social-démocrate. Ce
faisant, les pièges de l’Indirect Rule seraient évités et le peuple québécois
pourrait accéder, le 18 septembre 2001 par exemple, au statut d’état souverain membre
des Nations Unies.

*********
Claude Bariteau est anthropologue. Détenteur d’un doctorat de
l’Université McGill, il est professeur au département d’anthropologie de
l’Université Laval depuis 1976. Universitaire engagé, Le Devoir, La
Presse, Le Soleil et L’Action nationale publient régulièrement ses
réflexions sur le Québec.