PRIX D’EXCELLENCE LYSE-DANIELS, PRIX CITRON ET PRIX COCO

PRIX D’EXCELLENCE LYSE-DANIELS,

PRIX CITRON ET PRIX COCO





Jean-Paul Perreault
Président

En hommage à sa fondatrice, Madame Lyse Daniels, Impératif français
décerne chaque année des prix à des personnes, entreprises ou organismes qui se sont
distingués par la qualité de leur contribution à la promotion de la langue et de la
culture d’expression française.

De plus, chaque année, Impératif français attribue des Prix Citron et des Prix COCO à des
organismes ou entreprises qui ont besoin d’être sensibilisés à la quantité ou
à la qualité des services offerts en français
.

Le choix des différents lauréats et lauréates sera fait parmi les candidatures
reçues par un jury d’ici le 9 mars 1998. Il est essentiel, pour que ces prix conservent
et accroissent la renommée qu’ils ont déjà, que le jury reçoive plusieurs bonnes
candidatures. On peut lui soumettre des noms, accompagnés des motifs de votre
candidature, en communiquant à :

Imperatif@imperatif-francais.org

Prix Lyse-Daniels

Au cours des années passées, le Salon du livre, le Théâtre de l’Île, le Centre
d’exposition l’Imagier, Accueil Parrainage, l’Association des femmes immigrantes, le
magazine (Entre parenthèses), les éditions Vent d’Ouest, le Théâtre lyrique,le Conseil
interculturel, la chorale Les Lucernairs, le COFI, la Galerie Montcalm, la Maison Maxime
et quelques autres se sont vus attribuer les Prix Lyse-Daniels.

Des mentions honorables ont aussi été décernées à Marcel Poirier (La dictée du
professeur), Harry Gow (Transport 2000), Bernard Leclerc (L’île lettrée), les CEGEPS en
spectacle, Michel Lavoie (éditions du Mont-Bleu), la librairie Le premier côté du
monde
et à quelques autres.

Les Prix Citron Lord Durham et Howard Galganov et les Prix
COCO

Les Prix Citron et les Prix Coco ont déjà été accordés, entre autres:

– au gouvernement canadien pour la fermeture (suivie d’une pseudo-réouverture !) du
seul collège militaire de langue française, le Collège militaire Saint-Jean;

– au représentant de Sa Majesté la Reine, le gouverneur général
Roméo Leblanc, puisque aucunes excuses n’ont été adressées au peuple acadien pour la
déportation;

– au ministre canadien, monsieur Pierre Pettigrew, qui prétend "qu’Ottawa a mieux
défendu la langue et la culture française que le gouvernement québécois";

– à la vice-première ministre du Canada, Sheila Copps, qui, au cours
des derniers mois, s’est payé toute une collection d’impairs politiques, notamment en
niant qu’il existe un problème d’assimilation des francophones, sans parler de la
trousse propagandiste "Haut en couleurs"
qu’elle distribue aux
écoliers et de son vote contre l’exonération de Louis Riel alors que,
quelque temps auparavant, elle avait reconnu publiquement que celui-ci était "mort
inutilement", "victime d’un méfait";

– à la Commission de la restructuration des soins de santé en Ontario et à
son président, Mister Duncan Sinclair, pour leur recommandation "in English
only" de fermer l’hôpital Montfort, le seul hôpital francophone digne de
ce nom dans la capitale fédérale indigne de ce nom !

– et plusieurs autres.

C’est dans le cadre de la Semaine nationale de la francophonie
qui aura lieu, cette année, du 14 au 22 mars que les prix seront remis au cours de la SUPERFêTE DE LA FRANCOPHONIE.





N’OUBLIEZ PAS DE SOUMETTRE DES CANDIDATURES AU JURY…