PLUS FRANÇAIS QUE MOI TU MEURS

PLUS FRANçAIS QUE MOI TU MEURS
Constituer un espace géopolitique à dimension planétaire. (Philippe Séguin)

* Albin Michel-VLB
éditeur, Paris /
Montréal, 2000, 202
pages, 89 F.

Philippe Séguin est l’un des rares hommes politiques de premier plan
à considérer que la francophonie aurait vocation à se constituer en espace
géopolitique à dimension planétaire. Ce qui implique une relation privilégiée avec le
Québec dont, dans Plus français que moi tu meurs, il retrace l’histoire et les
relations fort complexes avec la France. Car le fait d’avoir une langue en partage et de
promouvoir conjointement exigence de la diversité culturelle face à la globalisation
libérale ne signifie en aucune manière une vision du monde commune.

Ce n’est malheureusement pas dans les institutions actuelles de la
francophonie que cette vision peut être élaborée et encore moins mise en oeuvre. C’est
pourquoi M. Séguin préconise la constitution d’un couple franco-québécois, sur le
modèle du couple franco-allemand qui a fait ses preuves dans la construction européenne,
à partir d’une volonté politique à vrai dire encore inexistante des deux côtés. Car
il faudrait pour cela que le Québec redéfinisse ses rapports avec les Etats-Unis – qu’il
juge à tort moins dangereux pour son existence que le gouvernement d’Ottawa – et que
la France ne cantonne pas son destin au cadre de l’Union européenne.

BERNARD CASSEN.
LE MONDE DIPLOMATIQUE | AVRIL 2000 |
http://www.monde-diplomatique.fr/2000/04/CASSEN/13684.html

(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant japonais cyrano@aqua.ocn.ne.jp )

(Le 18 mai 2000)