PLAIDOYER

DESTINATAIRE : Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada

EXPéDITEUR : IMPéRATIF FRANçAIS

DATE : Le 8 janvier 1997

OBJET:

EXAMEN DES POLITIQUES DU CONSEIL CONCERNANT LA RADIO COMMERCIALE (AVIS PUBLIC 1997 – 104)

PLAIDOYER :

L’américanisation ou la canadianisation des ondes !

************

Le CRTC a demandé aux intervenants aux audiences publiques de lui faire parvenir leur plaidoyer final avant le 8 janvier 1998. Ci-joint, le plaidoyer d’Impératif français faisant suite au mémoire L’éROSION CULTURELLE présenté le 2 décembre 1997.

L’Association des radiodiffuseurs canadiens (ACR) et Radiomutuel réclamaient récemment du CRTC qu’il abaisse le quota minimum de diffusion de musique vocale en langue française de 65% à 55% pour la région de Montréal et à 51% pour la région de Hull afin de pouvoir diffuser davantage de musique vocale américaine.

De leur côté, les câblodistributeurs profitaient de la disponibilité de nouvelles chaînes de télévision pour bonifier la palette de canaux qu’ils offrent à leurs abonnés. Par exemple, Rogers Communication a préféré offrir, parmi les douze nouvelles "stations" (exclusivement en langue anglaise), à ses abonnés de la région d’Ottawa-Carleton quatre nouvelles "stations" américaines plutôt que des chaînes canadiennes de langue française.(1) Et le câblodistributeur Vidéotron a ajouté, pour l’Outaouais, neuf chaînes nouvelles dont cinq en langue anglaise.(2)

Nous profitons donc de l’occasion pour rappeler certains principes fondamentaux énoncés dans les législations canadiennes sur la radiodiffusion et sur les télécommunications ayant pour buts d’assurer une présence importante des entreprises et du contenu canadiens, tant d’expression française que d’expression anglaise, dans les domaines de la radiodiffusion et des télécommunications au Canada:

– utilisation maximale de contenu canadien et contribution financière à la production d’une programmation canadienne;

– équilibre entre les services anglophones et francophones afin de refléter la dualité linguistique du Canada.

à la lumière de la demande de l’Association des radiodiffuseurs canadiens de diminuer les quotas de musique vocale francophone (MVF) et des choix récemment faits par certains câblodistributeurs, nous demandons au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’adopter toutes les politiques et les mesures nécessaires afin d’augmenter le contenu canadien des ondes en contrant l’américanisation des ondes canadiennes et l’anglicisation des ondes francophones.

Lors de discussions libres le jeudi 4 décembre 1997, le président a demandé aux divers intervenants aux audiences portant sur L‘examen des politiques du Conseil concernant la radio commerciale de suggérer des perspectives communes de développement pour l’avenir. Sans hésiter, nous avions dès lors affirmé qu’il était urgent d’oeuvrer à l’accroissement de la canadianisation des ondes par la diffusion d’un plus grand nombre de produits culturels d’ici en réitérant les recommandations de notre mémoire..

Nous en sommes toujours convaincus…

***********

Renseignements :

Jean-Paul Perreault
Président
Tél. : (819) 684-7119
Adrélec : Imperatif@imperatif-francais.org

P.S. Nous continuons de déplorer les comportements si peu canadiens des radiodiffuseurs et câblodistributeurs anglophones qui privilégient la diffusion des produits culturels américains aux produits culturels canadiens de langue française.

N.B. Le mémoire est accessible sur le site Internet ENSEMBLE d’Impératif français à l’adresse suivante :

http://www.imperatif-francais.org

**********

(1) Dans la RMR d’Ottawa, les 139 190 francophones ont accès à 13 stations en langue française.

(2) Dans la RMR de Hull, les 34 527 anglophones ont accès à 36 stations en langue anglaise.