ÉLOGE DE LA DIFFÉRENCE

éLOGE DE LA DIFFéRENCE

Berthe Bérubé
Aylmer (Québec)

La Roumanie a acclamé la chanteuse Patricia Kaas lors d’un spectacle présenté
dernièrement à Bucarest. On qualifie l’événement de triomphe. Pourquoi un tel
engouement? “Parce qu’elle chante en français alors que tout le monde chante en
anglais aujourd’hui”, expliquent les Roumains.

Ces propos encourageront sûrement les personnes qui s’opposent à l’hégémonie d’une
langue et d’une culture d’un bout à l’autre de la planète. Ils réconforteront sans
doute aussi celles qui oeuvrent à la défense et au rayonnement de la langue française
tout en favorisant l’apprentissage d’autres langues et l’ouverture au monde.

Cette appréciation de notre langue par les Roumains contraste étrangement avec le peu de
valeur que lui accordent certains francophones d’ici. C’est pourquoi, ces propos
d’Européens de l’Est si réjouissants d’une part, suscitent tristesse et déception
d’autre part, car ils mettent davantage en évidence le comportement déplorable de gens
de langue et culture françaises. En effet, force nous est d’admettre que certains d’entre
eux sont honteux de s’identifier comme tels et frustrés de l’être par les autres. Pour
eux, l’anglais c’est LA langue. Ils n’écoutent, ne parlent et ne blairent qu’elle. Ils
vont même jusqu’à remplacer leur prénom français par un “Bob”, un Mike”
ou un “John”. Alors, ils se sentent quelqu’un d’important et de respectable….
D’autres n’iront pas aussi loin dans leur mépris, mais jamais ils n’élèveront la voix
ou ne lèveront le petit doigt pour faire respecter chez eux leur langue bafouée et
menacée. Ils préféreront plutôt discréditer ceux et celles qui agissent ainsi.

Toutes ces attitudes et bien d’autres, résultant du complexe de colonisé, représentent
un véritable danger, celui du déclin des cultures distinctives au profit de l’avènement
d’une culture unique mondiale, tant souhaitée par les grands financiers au même titre
que l’économie globale. Pour eux, cette culture planétaire devrait être, évidemment,
de langue anglaise et axée sur les valeurs de la société américaine et sur ses
produits. Quelle abomination!

Rejeter, nier sa propre langue et culture conduit donc les individus à idolâtrer celles
(langue anglaise et culture américaine) qui tentent par tous les moyens de dominer notre
terre. Par le fait même, ils contribuent à la disparition de toutes les autres pourtant
si belles et si riches par leur diversité.

Ce tragique appauvrissement possible, nous avons encore et toujours le pouvoir de le
contrer en unissant nos voix pour réclamer notre droit à la différence sans jamais nous
laisser intimider par qui ou quoi que ce soit. Le troisième millénaire qui frappe à nos
portes nous lance ce défi que nous pouvons et devons relever pour nous-mêmes, nos
enfants, les générations à venir et pour la beauté du monde.

Berthe Bérubé
110, rue Bourgeau
Aylmer (Québec)
J9H 5M1
Tél.: (819) 684-3143

claudroy@reseau.com