OBJET : « EASTERN TOWNSHIPS » !

Monsieur Maxime Arsenault
Ministre du tourisme
ministre@tourisme.gouv.qc.ca

Objet : « EASTERN TOWNSHIPS » !

Bonjour,

Le Mouvement estrien pour le français attend toujours, au moins, un accusé de
réception à ses nombreuses lettres au ministre du Tourisme. Dans le temps des libéraux,
on avait la politesse de nous répondre… Nous ne comprenons pas qu’un ministre du Parti
Québécois s’acharne à cacher le nom «Estrie» pour désigner notre région. Ce nom a
été créé par Mgr Maurice O’Bready en 1946, pour souligner le fait français de 94% de
la population de notre région. Depuis, il est entré dans nos moeurs. Pourquoi
voulez-vous le jeter à la poubelle? Dans votre guide touristique sur l’Estrie, ou dans
votre «Guide des vacances au Québec», vous vous plaisez à vanter le «charme de la
Nouvelle-Angleterre» et «le biculturalisme» de l’Estrie. Vous ignorez l’existence de la
PRINCIPALE INSTITUTION de notre région, l’Université de Sherbrooke, et vous vantez les
attraits de, selon vous, la SEULE université de l’Estrie, la «Bishop’s University»…
Pourquoi cette honte et ce mépris du français? Quel est, selon vous le poucentage requis
pour qu’une région soit qualifiée de francophone? 105%? L’Estrie n’est ni bilingue, ni
biculturelle, elle est FRANCOPHONE, que certains nostalgiques aiment cela ou non…

Il serait sans doute temps que vous veniez en Estrie et que vous y découvriez sa
réalité française. Cette réalité existe depuis belle lurette et mérite d’être
connue, même, et surtout, des touristes et de leur ministre… Le Mouvement estrien pour
le français aimerait d’ailleurs vous rencontrer lors d’une telle visite pour discuter de
la question.

Un Madelinot n’a pas besoin de cacher son identité ou son patrimoine pour attirer les
visiteurs; les Estriens non plus…

Espérant, contre toute attente, avoir un jour de vos nouvelles…

Pour un Québec français

Jacques Poisson
Président du Mouvement estrien pour le français
mef-pq@interlinx.qc.ca

(Le 11 juin 1999)