LIONEL JOSPIN CONCÈDE LA DOMINANCE DE LA LANGUE ANGLAISE

LIONEL JOSPIN CONCèDE LA DOMINANCE DE LA LANGUE ANGLAISE !

Défense de la langue française, organisme français voué au rayonnement de la langue française, dénonce les propos tenus récemment par le Premier ministre français, monsieur Lionel Jospin, lors d’une récente visite officielle en Chine.

«Nous ne comprenons plus rien à la politique linguistique du gouvernement actuel. Après avoir édité une vade-mecum rappelant les devoirs de nos fonctionnaires en matière de défense de la langue française dans les institutions européennes, le Premier ministre rend les armes sans combattre», de déclarer monsieur Marceau Déchamps, de Défense de la langue française.

Lionel Jospin a déclaré à un auditoire de Shanghai : «Nous avons besoin d’une langue universelle pour communiquer. Et, puisque ce ne sera pas l’Esperanto, ce sera alors, sans aucun doute, l’anglais».

«Nous protestons énergiquement contre la déclaration du Premier ministre qui tend à institutionnaliser une langue seconde», de dire l’organisme français Défense de la langue française.

«C’est carrément irresponsable que le Premier ministre de la France tienne des propos banalisant la place et l’importance de la langue française à l’échelle internationale. Ces propos tenus par un Premier ministre français ne sont pas sans avoir d’effets désastreux pour l’ensemble de la Francophonie.La Francophonie et l’humanité entière n’ont rien à gagner à voir le Premier ministre français s’éloigner du discours tant nécessaire de la promotion internationale de la diversité culturelle et linguistique» d’ajouter le président d’Impératif français, Jean-Paul Perreault.

Vous trouverez l’article en question du journal The Toqueville Connexion à l’adresse suivante (texte en anglais) : http://www.adetocqueville.com/p981002a.htm

Nous vous demandons de réagir avec fermeté aux propos du Premier ministre français en vous rendant à son site Web où vous trouverez une boîte aux lettres électronique : http://www.premier-ministre.gouv.fr/PM/MAIL.HTM

Impératif français
C.P. 449
Aylmer (Québec)
J9H 5E7
Courriel: imperatif@imperatif-francais.org
Site: http://www.imperatif-francais.org

(Le 18 octobre 1998)

Elancourt, le 16 octobre 1998

Traduction d’un texte en anglais relevé le 8/10/98 sur le site Internet « The Tocqueville Connection » http://www.adetocqueville.com/dompolit.htm

Jospin admet la domination anglaise

Shanghai – En se démarquant fortement de la politique traditionnelle française, le Premier ministre, Lionel Jospin, a admis que l’anglais était devenu « la langue universelle de communication » en ajoutant qu’il n’en n’avait aucun regret.

« Nous étudions et utilisons tous, peu ou prou, l’anglais et il n’y a rien à redire à cela » a-t-il dit lors du lancement d’une filière de français dans une école primaire de Shanghai. Jospin effectuait une visite officielle de trois jours en Chine.

Pendant des décennies, la France a adopté une politique inspirée du gaullisme, visant à défendre la langue française contre l’intrusion de l’anglais, appelée le franglais. Dans ce but, les gouvernements firent des déclarations et édictèrent des règlements pour protéger la langue contre les assauts culturels et linguistiques anglais. Au niveau mondial, la France a mené une bataille pour que sa culture survive face à une rude compétition, principalement en provenance d’Hollywood.

L’académie française a joué le rôle de défenseur de la langue française en édictant des directives relatives aux mots français acceptables et en créant des néologismes comme « ordinateur »(1) qui, par exemple, évite de copier le mot américain computer.

Les conservateurs culturels, en colère, ont réagi contre les déclarations non conventionnelles de Jospin. Une association française de défense de la langue, Défense de la langue française a dit qu’elle « se battait depuis plus de quarante ans pour maintenir la qualité de la langue et pour assurer la pérennité de son influence. »

« Nous protestons énergiquement contre une telle déclaration qui tend à institutionnaliser une seconde langue » a ajouté cette association.

Mais, d’autre part, Jospin a continué à démonter la politique traditionnelle. « Nous avons besoin d’une langue pour la communication universelle » a-t-il dit lors de son intervention à Shanghai, « et tant que ce ne sera pas l’espéranto, ce sera sans doute l’anglais »

Mais Jospin sembla dire qu’il pouvait y avoir quelque chose de positif à la perte de terrain du français devant l’anglais.

« Nous pouvons nous consoler, » dit-il « Comme l’anglais va être utilisé par tout le monde, il va être malmené et il va perdre sa beauté originelle cependant que le français et le chinois vont garder leur pureté. »

Le chinois est parlé par plus de 1,2 milliard de personnes. Le français est parlé par plus de 500 millions de personnes, principalement dans les zones francophones d’Afrique et des Antilles. En aucun cas, la langue n’est en danger, a dit Jospin.

L’année dernière, le Ministre de l’éducation nationale, Claude Allègre, un proche de Jospin, avait causé une fureur en France quand il dit que l’apprentissage de l’anglais était devenu une nécessité de base dans la France moderne.

« L’anglais n’est plus une langue étrangère. » avait dit Allègre, « Nous devons arrêter de parler de cette bataille contre l’anglais. C’est complètement obsolète. »

Allègre est l’un des quatre ministres qui accompagnaient Jospin dans son voyage de trois jours en Chine.

AFP 1 octobre 1998

(traduction Marceau Déchamps)


1. Ce qui est faux ; ce néologisme a été créé par IBM France – NDLR