L’EXTRÉMISTE GALGANOV

L’EXTRéMISTE GALGANOV
… fait un parallèle entre le régime nazi et le gouvernement du Québec.

Le texte qui suit est en réponse au texte «échange avec Howard Galganov»
accessible à l’adresse : http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2000-et-moins/echange-avec-howard-galganov.html

Je me permets de vous envoyer la suite de l’entretien que j’ai eu avec
M. Galganov.

Texte nouveau envoyé par M. Galganov:

I will be happy to publish your response under two conditions. First. It
must be written in the English language, so all of our members and
subscribers throughout North America will be able to understand it. If
you are worried about grammar, don’t be. Also, I will edit it for you
vis a vis spelling, but will not touch the content. Second. Reduce the
amount of words. It is far too long for publication. Keep it at about
250 words.

You are indeed very bright and seem to have a credible answer for
everything. The fact that you are so certain of your ethnocentric cause
is indeed very frightening. Rostropovitch is not a Quebecois name. At
one point in your family’s history one of your ancestors was an
immigrant. Have you lost that part of your culture because you have
adopted to the Quebecois majority. And if you have lost that part of
your culture does that diminish you as a human being?

You are very wrong on all of the issues, bust mostly, the culpability of
a people as to how they allow their governments to behave. The Nazis
could never have achieved the horror they did without the passive or
active support of the majority of the nation. Doing nothing in many
circumstances is doing harm.

The Separatists and Quebecois nationalists could never have rendered the
English speaking community as irrelevant, virtually invisible and
second class without the assistance or passivity of the general
population. As a result, far more than a half million very productive
people have virtually fled Quebec. Many within my own immediate family.
The exodus continues. With the people who left, went intelligence,
investment, good paying jobs and a future. My newest company will be
relocating out of Quebec within a few months. With it will follow as
many as two dozen jobs. However, the only people I will be keeping on
hand will be my senior managers. I will tell you about one of my senior
managers the next time we communicate. He used to think just like you.

Best Regards . . . Howard Galganov

Réponse que j’ai renvoyée à M. Galganov:

Bonjour M. Galganov

Merci pour votre réponse. Je me permets d’y apporter quelques
observations. (…)

M. Galganov, corrigez (en anglais) les faits erronés qui figurent dans
votre lettre. Je vous invite donc à relire les points que j’ai
donnés et à en faire un résumé à votre convenance en anglais. Vous
pourrez ensuite le publier sur votre site, dans la mesure où vous
comptez laisser votre lettre un certain temps.

>You are indeed very bright and seem to have a credible answer for
>everything. The fact that you are so certain of your ethnocentric
>cause is indeed very frightening.

Tout d’abord, le terme "ethnocentric" est mal choisi. Encore une fois,
je ne vois pas ce que le caractère ethnique vient faire dans ce débat.

(Vos arguments) n’apportent aucune solution contre les
discriminations dont est victime le français au Canada. Les dernières
étant le problème de la nouvelle capitale canadienne qui pourrait être
unilingue anglais(!) ou les Jeux de la Francophonie qui pourraient se
passer aussi en anglais alors que les Jeux du Commonwealth se sont
déroulés seulement en anglais… M. Galganov, de qui se moque-t-on?

Comprenez-vous maintenant pourquoi certains Québécois veulent leur
pays, le Québec?

>Rostropovitch is not a Quebecois name. At one
>point in your family’s history one of your ancestors was an immigrant.
>Have you lost that part of your culture because you have adopted to
>the Quebecois majority. And if you have lost that part of your culture
>does that diminish you as a human being

Tout d’abord, il n’existe pas de noms "québécois". De nombreux
Québécois portent des noms d’origine étrangère.

En ce qui me concerne, Rostropovitch est un nom d’origine russe (je
rappelle aussi que je ne suis pas Québécois mais Français). Mon grand-
père a émigré de Russie et est venu s’installer en France.

Ensuite, mon grand-père s’est adapté à son nouveau pays, la France. Il
a commencé par apprendre la langue commune, le français. Puis ses
enfants sont allés à l’école et ont aussi appris le français. A la fin,
toute la famille parlait le français mais cela n’empêchait personne de
parler le russe à la maison.

Tout cela pour dire que lorsque l’on émigre ou que l’on vit dans un
pays, on s’INTèGRE. C’est-à-dire que l’on apprend la langue commune (au
Québec le français) et que l’on respecte ses habitants.

Comment se fait-il que certains anglophones du Québec refusent le
français comme langue commune?

De la même manière, pourquoi ces derniers bénéficient-ils d’hôpitaux,
de services sociaux, d’écoles en anglais alors que la langue officielle
est le français? Qu’est-ce que c’est que cette farce?

Le français est la langue officielle du Québec mais, dans le même
temps, on donne aux anglophones tout ce qu’il faut pour… éviter de
vivre en français!

Les anglophones doivent accepter le français comme langue commune du
Québec! Ensuite, rien ne les empêche de vivre leur vie privée dans la
langue de leur choix.

>The Separatists and Quebecois nationalists could never have rendered
>the English speaking community as irrelevant, virtually invisible and
>second class without the assistance or passivity of the general
>population.

>As a result, far more than a half million very productive people have
>virtually fled Quebec. Many within my own immediate family. The exodus
>continues.

Ce sont des gens qui ne voulaient certainement pas s’intégrer à la
majorité québécoise. Ceci dit, c’est un choix.

Le Québec, soit on l’aime et on s’y intègre, soit on s’en va. C’est
tout.

>With the people who left, went intelligence, investment, good paying
>jobs and a future.

C’est dommage pour le Québec mais ce n’est pas, à mes yeux, un
phénomène grave vu qu’il y a quand même l’immigration pour compenser
plus ou moins. Le faible taux de natalité du Québec, à ce sujet, me
semble plus inquiétant.

>My newest company will be relocating out of Quebec within a few
>months. With it will follow as many as two dozen jobs. However, the
>only people I will be keeping on hand will be my senior managers. I
>will tell you about one of my senior managers the next time we
>communicate. He used to think just like you.

C’est dommage de partir du Québec. Mais enfin, bon, c’est à vous de
voir.

Bien à vous et bonne année 2000

Grégoire ROSTROPOVITCH