LES MINUTES DU PATRIMOINE I

SIR JOHN COLBORNE
LES MINUTES DU PATRIMOINE 1
autosubventionné !

LE CHEMIN DU
CHICOT
Saint-Eustache

Le nom de Chicot fut donné par les anciens de Saint-Eustache, après
l’incendie de 1837, les arbres étant devenus des chicots. Voici l’homme qui fut
à l’origine de cette grande victoire canadienne.

SIR JOHN COLBORNE
SURNOMMé LE VIEUX BRÛLOT

SA GLORIEUSE VICTOIRE à SAINT-EUSTACHE

Le 14 décembre 1837, Colborne, à la tête de 2000 hommes bien
armés, effectue une invasion à Saint-Eustache. Pour débuter, il fait bombarder le
village, et brûle les maisons des alentours. Quand les habitants en sortent, ils sont
immédiatement abattus ou faits prisonniers. Le docteur Chénier ainsi que plusieurs
patriotes se réfugient dans l’église. Colborne, n’écoutant que son courage, y
met le feu. Les patriotes sortent par les fenêtres, ils sont immédiatement abattus. Le
docteur Chénier est tué. Enfin, la victoire anglaise est complète. Environ 70 Patriotes
sont tués et 18 sont faits prisonniers.

L’armée se répand dans la région. Systématiquement, les soldats
défoncent chaque maison, ils y volent tous les objets de valeur, les gens sont forcés de
sortir, les soldats les forcent à se déshabiller, presque nus, ensuite on met le feu à
leur maison ainsi qu’à leurs bâtiments incluant la grange. Pour complèter la
victoire, on viole les femmes, massacre les animaux, afin de soumettre les gens du pays.

Les maisons, les granges, les forêts seront systématiquement détruites
vers le nord jusqu’à Sainte-Scholastique (Mirabel), là où les arbres sont devenus
des CHICOTS.

Le soir de la victoire, les conquérants amènent le corps de Chénier à
l’auberge de M. Addison. On l’étend sur le comptoir, un soldat lui ouvre la
poitrine, on lui arrache le coeur qu’on promène au bout de la baïonnette, au milieu
des militaires frénétiques.

Le lendemain 15 décembre 1837, Colborne prend le chemin de Saint-Benoît.
Une délégation vient à sa rencontre, pour l’informer qu’il ne rencontrerait
aucune résistance, et le prie d’épargner les personnes et les propriétés.

Arrivé à Saint-Benoît, Colborne rassemble dans la cour de Girouard, un
nombre considérable d’habitants, on les met en rang, on braque sur eux deux canons,
en leur disant qu’on allait les tuer. Ici commence le même stratagème qu’à
Saint-Eustache: on vole les objets de valeur dans les maisons, on fait se déshabiller
presque nus les hommes, femmes et enfants, ensuite on met le feu aux maisons.

La milice entre dans l’église, s’empare des calices et des
ciboires en or, urine et défèque dans l’église. On se revêt des ornements
sacerdotaux, on décore les chevaux d’étoles et de manipules. Pour finir, on met le
feu à l’église.

Une deuxième journée de glorieuse victoire pour l’armée anglaise
de Colborne. Voici l’inventaire de tout ce désastre: incendies de 2 églises, 2
presbytères, 1 couvent, 4 moulins, 111 maisons, 124 granges pleines, 168 autres
bâtiments, et 500 familles pillées.

Voici l’historique de notre héros Canadien Sir John Colborne

1778 naît à Lyndhurst, Hampshire, Angleterre
à l’âge de 16 ans, il devient soldat du 20ième Régiment.
Devient Lieutenant-colonel
Il se distingue en Hollande
Devient Capitaine, il sert l’Angleterre en égypte, Malte, et en Sicile.
Comme Lieutenant-colonel, il sert aussi en Espagne.
Devient commandant du 52ième Régiment, Oxford Light Infantry, il combat à Waterloo.
1821-1828 Lieutenant-gouverneur de l’île de Guernesey.
1828-1836 Lieutenant-gouverneur du Haut-Canada.
1836-1838 Gouverneur général du Canada.
1837 le 14 décembre, il commande une armée de 2000 hommes et ordonne la mise à feu et
à sang de Saint-Eustache.
1939 102 ans plus tard, les petits-fils des Patriotes iront en Angleterre défendre les
petits-fils de Colborne contre l’armée allemande

RéCOMPENSE DE L’ANGLETERRE
POUR LES GRANDES VICTOIRES DE NOTRE HéROS

1839 Après avoir terminé sa brillante mission au Québec, Colborne
retourne en Angleterre, où il est acclamé, pour sa brillante carrière militaire sur
l’île de Guernesey et au Canada. Nommé au Conseil privé, il reçoit une pension de
2000 livres par année. Comme récompense ultime, on le nomme Lord Seaton de Seaton dans
le Devonshire. Il continue de s’intéresser au Canada, il s’oppose férocement
à l’union du Haut et du Bas Canada. C’est à se demander de quel côté il
aurait voté à un référendum.
1843-1849 Il est nommé Lord Haut Commissaire aux îles Ioniennes en Grèce, dont une des
principales est l’île de Corfou.
1854 Il devient Général
1855-1860 Il est nommé au Conseil privé comme commandant des forces en Irlande.
1860 Lors de sa retraite, il est nommé au plus haut rang de Maréchal
1863 Il décède à Torquay en Angleterre à l’âge de 85 ans.

EN SOUVENIR DE NOTRE HéROS CANADIEN
VOICI LES ENDROITS NOMMéS EN SON HONNEUR

City of Colborne en Ontario
Port Colborne Operatic Society en Ontario
Colborne Community Care en Ontario
Port Colborne and District Conservation Club en Ontario
Port Colborne Minor Baseball Association en Ontario
Colborne Public Library en Ontario
Il y a même une rue Colborne à Chambly au Québec

SOURCES

Marcel Tessier raconte…
Le site internet de la ville de Colborne Ontario
Le petit Jean, dictionnaire des noms propres de Jean Cournoyer
Le point de Radio-Canada "Les Patriotes 4 émissions avec Jacques Lacoursière"
The Canadian Encyclopedia
http://pages.infinit.net/nh1837/satelite.htm

Pour vos commentaires:
André Quesnel
aque726786@aol.com
(514) 744-5063

NDLR – N’hésitez pas à faire parvenir pour diffusion vos « Minutes
du patrimoine » à Impératif français
Imperatif@imperatif-francais.org

(Le 13 juin 2000)