LES DÉS SONT PIPÉS

LES DéS SONT PIPéS

Le mois de novembre est non seulement le mois des morts, il est aussi le mois d’une démocratie discutable. La population est invitée à élire des représentants dans la Santé et les Services sociaux: excellent ! Sauf que les francophones ne votent pas à ces élections… et les anglophones votent massivement. Une minorité choisit donc des représentants pour la servir. Comment expliquer une telle situation ? Les francophones manquent-ils de civisme ou sont-ils inconscients ? Est-ce qu’ils se fichent de la Santé ? La raison serait-elle ailleurs ? Notons qu’Ottawa finance copieusement Alliance Quebec et ses succursales pour qu’elles "sortent" leur vote : "taxis", autobus, publicité massive auprès des anglos, rien n’est oublié. Des conséquences sérieuses s’ensuivent quand vient le temps de nommer les administrateurs et de répartir les fonds dans la Santé et les Services sociaux. Pas surprenant que le réseau d’administrateurs soit bien pourvu d’anglos et de leurs répondants. Pas surprenant que McGill possède le plus gros et le plus moderne des Centres universitaires de santé au Québec. Comment corriger cette démocratie tronquée ? Le gouvernement du Québec doit de toute urgence refaire les règles du jeu pour favoriser l’expression populaire de tous . Selon le Mouvement estrien pour le français, il faut que le vote se déroule lors des élections générales du Québec. C’est, à notre avis, la seule et unique façon d’assurer à toutes et à tous une voix égale lors des élections dans le réseau de la Santé et dans celui des Services sociaux. Le temps est venu "d’oser" monsieur Bouchard…

Jacques Poisson
Président
Mouvement estrien pour le français
Courriel : m.e.f.@sympatico.ca


Site : www.mef.qc.ca

(Le 17 novembre 1999)