L’ENTRAÎNEMENT DES ATHLÈTES DEVRA ÊTRE BILINGUE OU BIEN LES SUBVENTIONS SERONT COUPÉES

L’ENTRAÎNEMENT DES ATHLèTES DEVRA êTRE BILINGUE OU BIEN LES SUBVENTIONS SERONT COUPéES

Selon le Globe and Mail, le gouvernement fédéral menace, à six mois des Jeux olympiques de Sydney, de réduire le financement des centres nationaux de sports où s’entraînent les athlètes olympiques, à moins que ceux-ci deviennent bilingues d’ici le 31 mars 2000.

Comme il est coutume chez les anglo-canadiens, on se plaint maintenant que l’argent nécessaire à une telle opération mettra en péril l’entraînement même des athlètes. Diane Jones Konihowski du Centre de Calgary a exprimé la crainte d’être obligée dans ce cas de donner moins d’argent aux athlètes pour instaurer des services en français au centre. De son côté, Wendy Pattenden du Centre de Vancouver dit avoir reçu des demandes pour offrir des services en chinois et en anglais, mais pas en français.

Toute cette controverse au sujet de la langue aurait pour origine la plainte d’un athlète francophone qui s’entraînait a Calgary. Depuis cette plainte, le Centre de Calgary a dû engager une réceptionniste bilingue, refaire son logo et s’engager à trouver une personne parlant français pour travailler avec les athlètes francophones. Des changements supplémentaires devront être effectués sur le site web du centre ainsi que l’en-tête des lettres, les correspondances et les communiqués officiels. Des porte-parole bilingues seront requis lors des conférences de presse du Centre.

Suite aux plaintes formulées par des athlètes, le commissaire aux langues officielles se prépare actuellement à faire une tournée des 7 centres situés à Victoria, Vancouver, Winnipeg, Calgary, Toronto, Montréal et Halifax. Comme les autres centres, celui de Montréal devra lui aussi se placer à l’enseigne du bilinguisme.

La récente nomination de Denis Coderre comme ministre de Sports Canada, un fervent partisan du bilinguisme, aurait convaincu les responsables des sports au Canada qu’ils devront dorénavant promouvoir l’implantation de services en français et en anglais partout au pays.

Une prédiction personnelle ? D’ici quelques années, le mandarin fera des gains au détriment de la langue française dans l’ouest du pays.

Daniel A. Duclos
d.duclos@sympatico.ca

(Le 11 novembre 1999)

*************

Extraits de l’article de Allan Maki du The Globe and Mail du 10 novembre 1999 :

Diane Jones Konihowski, former Olympian and manager of athlete services at the Calgary centre: "Money for bilingualism shouldn’t come from funds for athletes".

Bill Warren, Canadian olympic association president, who was criticized at the 1998 Nagano Olympics for not speakink French at the Canadian team reception: "(Denis Coderre) has said on more than one occasion he is a strong proponent of bilingualism in this country".