LE RECUL DU FRANÇAIS AU CANADA – OTTAWA, CAPITALE DU CANADA « ANGLAIS »

LE RECUL DU FRANÇAIS AU CANADA

OTTAWA, CAPITALE DU CANADA «ANGLAIS»

L’ensemble canadien se comporte comme sa capitale fédérale, Ottawa. Un survol de la situation (tableau 6) permet de constater qu’à Ottawa, la langue anglaise progresse de 17,65% grâce à l’assimilation des francophones et des allophones, tandis que la langue française recule de 27,15% à cause de l’assimilation des siens.

Tableau 6
Assimilation dans la capitale canadienne
(Ville d’Ottawa – 1991)

Langue
maternelle
Langue
d’usage
écart %
anglais 202 488 238 231 +35 743 +17,65
français 52 104 37 958 -14 156 -27,15
autres 55 328 33 736 -21 592 -39,03
Total 309 920

Source : Statistique Canada

Le tableau 7 montre, qu’à Ottawa, tout comme dans le reste du Canada, la majorité se «majorise» de plus en plus tandis que la minorité est de plus en plus «minorisée» ! La langue anglaise s’officialise et la langue française se désofficialise davantage !

Tableau 7
Poids relatif des groupes linguistiques
dans la capitale canadienne
(Ville d’Ottawa – 1991)

Langue
maternelle
% Langue
d’usage
% écart
anglais 202 488 65,34 238 231 76,87 +11,53
français 52 104 16,81 37 958 12,25 -4,56
autres 55 328 17,85 33 736 10,88 -6,97

La politique du multiculturalisme donne de «bons» résultats dans la capitale «canadienne» ! Grâce à l’assimilation, le poids relatif des anglophones fait un bond de 11,53% et celui des francophones et allophones diminue dramatiquement. Le profil canadien calque le profil de sa capitale, ou est-ce l’inverse ?

Vingt-six ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles, il est toujours facile de remarquer, selon le tableau 8, qu’une des langues est largement «plus officielle» que l’autre dans la capitale des deux langues «officielles».

Tableau 8
Connaissance du français ou de l’anglais
(Ville d’Ottawa – 1991)

Parle
uniquement
Langue
maternelle
%
anglais 184 545 202 488 91,13
français 4 965 52 104 9,53

Dans le domaine de la connaissance des langues «officielles», pendant que 184 545 citoyens d’Ottawa confessent ne connaître qu’une seule langue officielle, soit l’anglais, à peine 4 965 révèlent ne parler que le français. Ottawa, ville bilingue… Les anglophones continuent de ne parler qu’anglais et certains francophones, qui parlent souvent cette langue mieux que la leur, s’en accommodent parfaitement. L’harmonie règne et sert d’exemple à l’ensemble «canadien».



Tableau 9
Connaissance des langues «officielles»
Capitale «canadienne»
(Ville d’Ottawa, 1991)

Population pouvant
parler
Langue
maternelle
Langue
d’usage
anglais 299 575 96,66% 202 488 65,34% 238 132 76,87%
français 119 995 38,71% 52 104 16,81% 37 953 12,25%

Source : Statistique Canada

Dire que le président de la Commission de la capitale fédérale déclarait récemment devant ce Comité qu’Ottawa est une ville bilingue puisqu’il prétend y être servi partout en français ! Dans quel monde vit-il ?

«Everything is fine!» Les statistiques indiquent que presque toute la population de la ville d’Ottawa peut parler anglais. Selon vous, quelle langue est en danger ? Quelle langue est la langue «officielle» ?

Le gouvernement fédéral masque la situation ! Comment ? Par hégémonie territoriale qui consiste à créer sa vaste région de la capitale fédérale en englobant certaines villes et certains villages du côté québécois pour se donner une image moins unilingue. Ainsi, la capitale du Canada, Ottawa, peut demeurer unilingue. Si le gouvernement canadien avait voulu sauvegarder le caractère unilingue anglais d’Ottawa, il n’aurait pas procédé autrement! L’Outaouais connaît donc ainsi un problème d’assimilation.


LE RECUL DU FRANÇAIS AU CANADA: Parties 1234