LE PREMIER MINISTRE… DU QUÉBEC !

LETTRE OUVERTE

LE PREMIER MINISTRE… DU QUéBEC !

Dans la foulée des revendications pour que certaines entreprises
québécoises, canadiennes ou étrangères francisent leurs noms d’entreprise
lorsqu’elles font affaires au Québec, le Premier ministre du Québec, M. Lucien
Bouchard, aurait déclaré pour justifier le laxisme de son gouvernement dans ce domaine :
«On en retrouve partout, de ces appellations (unilingues anglaises), dans le monde.
Voyagez, vous allez voir un McDonald sur les Champs-élysées, et ainsi de suite. »

Une déclaration étonnante, vous en conviendrez, de la part d’un
Chef d’état francophone, de surcroît situé en Amérique du Nord !

N’aurait-il pas été plus approprié de la part du Premier
ministre du Québec de dire : «La mondialisation des marchés ne doit pas se faire au
détriment des cultures et des langues nationales» ? Ou «Il est étonnant de
constater que des entreprises, canadiennes de surcroît, n’aient pas encore compris
que les Québécois accueillent mieux celles qui les sollicitent en français au Québec
» ? Ou encore, «Plusieurs entreprises ont compris qu’il était à leur avantage
commercial d’afficher leur nom d’entreprise en français au Québec; il suffit
de penser à Bureau en gros, Poulet Frit Kentucky, Dollar ou deux, Le Monde des Athlètes,
Chalet Suisse, Centre Japonais de la Photo pour n’en nommer que quelques-unes. Les
autres auraient avantage à s’inspirer de celles-ci » ? Et aussi : « Les
législations linguistiques québécoise et canadienne et les ententes internationales
autorisent les entreprises, qui désirent respecter le milieu québécois, à adopter une
version française de leur marque de commerce et de leur nom d’entreprise et à
l’utiliser dans leur affichage » ?

Bref, il aurait pu inviter les entreprises à comprendre et à
respecter la dynamique québécoise comme se doit de le faire un Premier ministre du
Québec.

Choisir de citer la présence de McDonald sur les Champs-élysées en
France ne peut être perçu, dans les circonstances, que comme un encouragement pour les
entreprises à banaliser les efforts de francisation du Québec, au point de dissuader
celles qui avaient l’intention de le faire, et même, de ridiculiser celles qui l
’ont déjà fait.

De plus, M. Bouchard ne peut prétendre ignorer que des noms comme
McDonald n’ont pas le même effet anglicisant que les noms d’entreprise à
messages publicitaires tels : Payless Shoe Store, Colour Your World, Music World, Toys
"R" US, Second Cup, Future Shop, Play It Again Sports, etc.

Nous rappelons à M. Bouchard qu’il est le Premier ministre du
Québec et qu’il a été élu pour gouverner au Qué bec !

Jean Paul Perreault
Président
Tél. : (819) 684-7119
Courriel : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org