LE PONTIAC FRANÇAIS

LE PONTIAC FRANçAIS

Le samedi 11 novembre dernier, nous avons eu le plaisir d’assister
à un spectacle extraordinaire à l’auditorium de l’école secondaire
Sieur-de-Coulonge (ESSC). Ce spectacle visait à amasser des fonds qui serviront, entre
autres, à améliorer la qualité de cette salle de spectacle. Pour la circonstance, la
fondation de l’ESSC avait invité nul autre que le grand ambassadeur de la
francophonie, Zachary Richard, qui, accompagné de ses musiciens, a donné un spectacle de
très grande qualité. Le spectacle d’une durée de deux heures, offert gratuitement
par Zachary Richard et ses musiciens, s’est terminé par trois rappels chaudement
applaudis. La première partie assurée par le chanteur, compositeur et interprète de la
région outaouaise René Bertrand, lui-même diplômé de l’école secondaire
Sieur-de-Coulonge, démarrait bien cette soirée inoubliable animée par un autre
diplômé de l’école secondaire, Stéphane Bisson, animateur à la radio de
Radio-Canada à Toronto.

La solidarité francophone était au rendez-vous : plus de cinq cents
personnes désiraient acheter les quelque deux cents billets en vente au coût de 50 $ !
Un spectacle à guichet fermé : faut le faire, de surcroît, dans le Pontiac ! Bravo à
Nancy Dagenais, la grande responsable de l’événement, aux organisateurs, à la
fondation de l’école Sieur-de-Coulonge et à tous ceux et celles qui ont participé
à cette grande réussite é nergisante pour la francophonie pontissoise.

Le programme de la soirée visait juste : « la francophonie vit dans
le Pontiac parce que l’école secondaire Sieur-de-Coulonge déploie, depuis son
ouverture, toutes les énergies possibles pour apprendre à nos jeunes, non seulement les
rudiments de la langue, mais aussi la culture qu’elle sous-tend.». Les élèves de
l’école secondaire Sieur-de-Coulonge se sont d’ailleurs fort bien classés aux
examens du ministère de l’éducation.

Nous invitons le Québec à découvrir « en français » un très beau
coin du pays, le Pontiac, où vit et survit une francophonie qui lutte pour obtenir sa
place au soleil dans des conditions souvent difficiles.

Bravo au Pontiac français !

Jean-Paul Perreault
Président
Impératif français