LE GOUVERNEMENT DU CANADA VEUT ANGLICISER LES JEUX DE LA FRANCOPHONIE

LE GOUVERNEMENT DU CANADA VEUT ANGLICISER LES JEUX DE LA FRANCOPHONIE

La prise de position du gouvernement du Québec – exposée dans
l’article suivant – par la ministre responsable du dossier linguistique, Louise
Beaudoin et son collègue responsable des Sports, Gilles Baril, reçoit l’appui du mouvement
Impératif français.

PAR NORMAN DELISLE

QUéBEC (PC) – Le gouvernement du Québec veut que les prochains Jeux
de la Francophonie se déroulent en français.

La ministre responsable du dossier linguistique, Louise Beaudoin et son
collègue responsable des Sports, Gilles Baril, ont transmis mercredi une requête en ce
sens au ministre fédéral Don Boudria.

Mme Beaudoin a raconté avoir été informé que les représentants du
Canada, de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Québec qui s’étaient rencontrés
récemment en vue de présenter la tenue des 4e Jeux de la Francophonie qui se
dérouleront à Ottawa-Hull en juillet 2001, n’ont pu s’entendre sur la langue qui sera
utilisée lors de cet événement.

"Les principales difficultés tiennent largement à une divergence
de vues entre le gouvernement du Canada et celui du Québec sur le statut qu’il convient
d’accorder au français comme langue des Jeux", a expliqué Mme Beaudoin.

Selon elle, c’est le français qui devrait avoir une "place
presque exclusive" lors de ces Jeux, compte tenu qu’il s’agit des Jeux de la
Francophonie.

Selon Mme Beaudoin, Ottawa tente plutôt de "mettre en évidence
la dualité linguistique" du Canada à l’occasion de l’événement.

La ministre Beaudoin avait trois arguments à présenter en faveur de
son point de vue.

D’une part, les Jeux de la Francophonie ont justement pour but de
contribuer à la promotion de la langue française. Toutes les présentations des jeux
dans le passé se sont déroulées en français, même lorsque les jeux ont eu lieu dans
des pays où le français n’était pas la langue officielle. Ce fut le cas au Maroc en
1989 (c’est l’arabe qui est la langue officielle du Maroc), et à Madagascar en 1997 (le
malgache y est la langue officielle).

D’autre part, la ministre Beaudoin a noté que dans le cas des jeux du
Commonwealth, qui sont le pendant anglo-saxon des Jeux de la francophonie, l’anglais a eu
une place exclusive lors des jeux tenus au Canada, à Victoria, en 1994.

Enfin, elle a noté ironiquement que les Jeux de la Francophonie se
déroulent principalement à Ottawa, une ville devenue unilingue lors de la récente
création d’une municipalité supra-régionale.

"Il nous apparaît essentiel que le public perçoive sans
ambiguïté que le français est la langue de ces Jeux", concluent les ministres
Beaudoin et Baril dans leur lettre à M. Boudria.

Par ailleurs, d’autres pays francophones s’inquiètent également de la
langue qui sera utilisée lors des Jeux de juillet 2001. La ministre des Sports de France,
Mme Marie-Georges Buffet, a écrit récemment à son vis-à-vis canadien le secrétaire
d’Etat aux Sports Denis Coderre, pour formuler des doléances à cet égard.

© La Presse Canadienne, 1999

Texte transmis par notre correspondant,

Pierre Grandchamp
http://pages.citenet.net/users/ctmx5332/