LE FRANÇAIS ET LA QUESTION INDIENNE AU QUÉBEC

Le français et la question indienne au Québec

Le 20 mars 1985, l’Assemblée nationale du Québec reconnaît 10
"nations autochtones" au Québec: les soi-disant "nations"
abénaquise, algonquine, attikamek, crie, huronne, micmaque, mohawk, naskapie et inuit. Le
30 mai 1987, on ajoute la soi-disant "nation" malécite. Notons que les Naskapis
et les Malécites comptent environ 500 personnes. (1)

Qu’est-ce qu’une nation et qu’est-ce qu’un
autochtone ? Selon le dictionnaire Robert, une nation est "un groupe humain assez
vaste, qui se caractérise par la conscience de son unité et sa volonté de vivre en
commun" ; un autochtone est un individu " issu du sol même où il habite, qui
est censé n’y être pas venu par immigration. " à cela, il serait peut-être
bon d’ajouter qu’une nation doit avoir la capacité de vivre par ses propres
moyens. Combien d’Indiens n’ont pas d’ancêtres immigrants ? Il est
surprenant qu’aucune forme de consultation populaire ne fut faite auprès des
Québécois avant cette reconnaissance de 11 nouvelles "nations" au sein du
Québec. Notons que les 11 groupes en question ont toujours nié l’existence de la
nation québécoise.

Certains intellectuels, partisans de la multiplication exponentielle
des nations, nous ont mis clandestinement le doigt dans l’engrenage et ont agi de
façon dangereuse, sinon frauduleuse. En reconnaissant des "premières nations"
et, de facto, des "deuxièmes nations" au Québec, ils nous ont entraînés sur
une pente de "taxages" ou d’affrontements sans fin. Est-ce que les
Québécois exigent de payer des taxes à la place des Indiens ? Est-ce que les
Québécois veulent que des privilèges soient accordés au Québec selon les
antécédents raciaux ou la supposée " pureté du sang" ? Est-ce que les
Québécois désirent qu’il y ait une centaine de républiques raciales et
parasitaires au sein du Québec? Est-ce que les Québécois réclament que les
négociations se fassent uniquement en anglais, au Québec, avec les Cris, les Mohawks,
les Micmacs, les Inuits et les Naskapis ?

La décision du gouvernement Bouchard d’accorder un droit de veto
aux quelque 70 000 Indiens du Québec, sur tout nouveau développement forestier, minier
et hydroélectrique dans le Nord du Québec, est lourd de conséquences. Et que penser de
sa décision d’obliger les Québécois à payer une rançon chaque fois que l’on
voudra développer le Nord québécois ? Toutes ces "trouvailles" apparaissent
dans la merveilleuse brochure "Partenariat, développement, actions" des auteurs
Guy Chevrette et Lucien Bouchard, brochure publiée à petit tirage en 1998. à la page
21, on y lit que ces personnages ont décidé d’agrandir les réserves… Demandez
donc aux Québécois s’ils désirent agrandir les réserves ou bien s’ils
préfèrent leur abolition et leur municipalisation.

En négociant ainsi notre territoire et notre langue, l’on
hypothèque dangereusement notre avenir et l’on crée des situations injustes et
discriminatoires contre les Québécois. Le français, pour vivre et s’épanouir
pleinement au Québec, a besoin d’un territoire exempt de ghettos ou
d’apartheid. Le français doit être la seule langue commune de tous au Québec,
incluant celle des Indiens… à moins de vouloir revivre la mésaventure de la tour de
Babel. Quand on paye à 100 %, n’a-t-on pas le droit d’exiger ? Ne serait-il pas
normal que tous les citoyens du Québec aient les mêmes droits et les mêmes obligations
peu importe l’origine raciale ou ethnique ? Ne serait-il pas normal que les
Québécoises et que les Québécois soient adéquatement informés et qu’ils
puissent se prononcer par référendum quand on engage leur avenir de façon aussi
sérieuse et décisive ?

Jacques Poisson
Président du Mouvement estrien pour le français
http://www.mef.qc.ca
m.e.f.@sympatico.ca

(1) Répartition de la population indienne du Québec :

Abénakis : 1 811
Algonquins : 7 323
Attikameks : 4 461
Cris : 12 017
Hurons-Wendat : 2 648
Inuits : 7 840
Malécites : 464
Mohawks : 13 154
Montagnais : 12 952
Micmacs : 4 068
Naskapis : 529

Total : 67 267

Sources :
MAINC (Amérindiens) 31 décembre 1994
MSSSQ (Inuits) 18 janvier 1995