LE FRANÇAIS DEVIENDRA-T-IL LANGUE SECONDE AU QUÉBEC ?

LE FRANçAIS DEVIENDRA-T-Il LANGUE SECONDE AU QUéBEC ?

Jeunes libéraux et péquistes réclament une diminution du nombre
d’heures d’enseignement en français.

L’enseignement du français, langue seconde, est à nos portes. Au train où vont les
choses, les cours seront donnés en anglais aux étudiants francophones du Québec d’ici
20 ans. Face au peu d’intérêt que manifeste le peuple (!) québécois pour sa culture et
sa langue, les futurs gouvernements du Québec n’auront aucune difficulté à mettre en
place un tel programme.

Daniel A. Duclos
Gatineau
d.duclos@sympatico.ca

*************************************************

Extrait du site Internet de RADIO-CANADA

Jeunes libéraux et jeunes péquistes s’entendent sur la question linguistique
<<…>> Les jeunes libéraux et jeunes péquistes s’entendent sur la question
linguistique : ils sont d’accord pour que la langue anglaise bénéficie d’un meilleur
apprentissage à l’école. Les jeunes de ces deux formations politiques étaient réunis
en fin de semaine et cette question a été au coeur de grands débats. Les libéraux vont
plus loin que les péquistes : les 500 jeunes du Parti libéral du Québec réunis à La
Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, réclament l’enseignement de l’anglais langue
seconde dès la première année du primaire. La question a soulevé un grand débat.
Certains militants estimaient que les enfants ont déjà beaucoup de choses à apprendre
à cet age. Des jeunes libéraux souhaitent aussi que certains cours réguliers soient
donnés en anglais dans les écoles secondaires et les cegeps francophones. Ils ne voient
pas là une réduction de la place de la langue française, mais un enrichissement des
deux langues. <<…>> La question de la langue était aussi au coeur des
discussions de l’aile jeunesse du Parti québécois réunie cette fin de semaine à
Orford, en Estrie. Les militants devaient y définir leur position sur l’usage du
français, à quelques semaines des états généraux sur l’avenir de la langue
française. Les jeunes péquistes ont décidé de faire de l’éducation, de la langue et
de la politique jeunesse les priorités de leur agenda politique. <<…>> Sans
aller aussi loin que les jeunes libéraux, les péquistes favorisent eux aussi un meilleur
apprentissage de l’anglais. Ils lient quand même cette ouverture à une meilleure
protection du français. Les jeunes militants péquistes vont amorcer cet automne une
tournée des régions du Québec pour rallier les jeunes à la cause souverainiste.

(Le 20 août 2000)