LE CARACTÈRE INTERNATIONAL DE LA BOTANIQUE EST MENACÉ

LE CARACTèRE INTERNATIONAL DE LA BOTANIQUE EST MENACé

La question de la prononciation du latin est, à mon avis, très secondaire.

La seule chose importante est que le LATIN constitue le dernier pilier du CARACTèRE
INTERNATIONAL de la botanique. Il faut absolument s’opposer à la disparition du latin au
congrès de St-Louis (8/1999) ! Le latin est le garant du sentiment d’équité en
botanique. En un mot, c’est le garant de la paix entre botanistes.

Les changements de noms provenant de l’application stricte du Code de nomenclature ne
sont pas la seule source d’instabilité et de confusion. Ces sources peuvent aussi être
extérieures, dues à des actions politiques. Et la suppression du latin a un caractère
incontestablement politique. C’est une tentative pour se couper définitivement d’un monde
roman ressenti comme un poids ("le vieux monde" !) et de communiquer à la
science un caractère purement et définitivement anglo-saxon, pour des raisons
d’optimisation en dernière analyse économiques.

Jacques Melot, Reykjavik
melot@itn.is

(Le 25 février 1999)