L’ÉPARGNE S’ENVOLE ?

L’éPARGNE S’ENVOLE ?



Rosaire Morin
directeur de L’Action nationale

"La Banque de Montréal a investi plus de 1 milliard dans les entreprises
québécoises", selon son porte-parole, M. Ronald Monet. "La Banque Royale
investit 18 pour cent du portefeuille de ses fonds communs de placement dans les titres
d’entreprises québécoises", selon Mme Lise Bastarache, économiste de la Banque.
Ces affirmations étaient publiées dans le Journal de Montréal du 22 décembre 1998 qui
accusait précisément les deux banques de ne pas investir au Québec.

L’erreur est choquante. Il faut lever le masque. Il faut établir la vérité. Au 31
mars 1998, le fonds M de la Banque de Montréal possédaient un actif de 10,3 milliards $.
Il avait placé au Québec 642 millions $, en Ontario 2 950 millions $, dans les autres
provinces 1 451 millions $, en d’autres pays 1 117 millions, dans le gouvernement du
Canada 1 406 millions $ et 2 776 millions en divers actifs : organismes fédéraux,
hypothèques et autres.

Au 31 décembre 1997, le fonds de la Banque Royale avait placé 1 064 millions $ au
Québec, 9 018 millions $ en Ontario, 2 915 millions $ en d’autres provinces, 3 512
millions $ en d’autres pays, 6 996 millions $ dans les obligations du gouvernement
fédéral et 2149 millions $ en divers actifs.

Pas un sou?

En 1997, les deux fonds des banquiers n’ont pas placé un seul dollar, un seul sou dans
le gouvernement du Québec et dans Hydro-Québec. "La cote de crédit du gouvernement
québécois est sous notre seuil minimum" disait M. Monet de la Banque de Montréal.
"Le Québec a une cote plus basse que celle de l’Ontario" répétait Mme
Bastarache au Journal de Montréal.

Le rendement des obligations du Québec est pourtant supérieur aux obligations des
autres gouvernements. Doit-on conclure que l’âme torontoise accepte de perdre un revenu ?
qu’elle n’a pas confiance dans l’avenir du Québec et qu’elle ne veut pas contribuer à
son développement ?

Les deux fonds ont tout de même investi en des pays où la situation est plus fragile
qu’au Québec: Brésil, Chili, Inde, Indonésie, Irlande, Italie, Japon, Liban, Malaisie,
Mexique, Papouasie, Pérou, Philippines, Pologne, Russie, Taïwan, Thaïlande?

Que ferez-vous ce matin et demain matin pour arrêter la déportation de l’épargne
québécoise ?

******************

Courriel: revue@action-nationale.qc.ca
Site: http://www.action-nationale.qc.ca

Bulletin 2, L’épargne s’envole?, le 2 février 1999. L’Action nationale, 425, boul. de
Maisonneuve Ouest, Montréal, H3A 3G5 Téléphone: 514-845-8533 – Télécopie:
514-845-8529

Le 1er février 1999