L’ANGLICISATION DE NOS ÉCOLES

L’ANGLICISATION DE NOS éCOLES

LES PARENTS S’OPPOSENT

Hélène Jetté
Richard Coulombe
jetcoul@citenet.net

Nous sommes les parents de quatre enfants d’âge scolaire et nous avons appris
dernièrement qu’à partir de septembre 1999, dans le cadre de la grande réforme de
l’éducation du ministère de l’éducation du Québec, l’apprentissage de
l’anglais, langue seconde, se fera dès la 3ième année du primaire pour se poursuivre
jusqu’en 5ième secondaire.

En soi, nous n’avons rien contre l’enseignement de l’anglais. Mais pourquoi apprendre
l’anglais, en si bas âge et au primaire? Nos enfants ont déjà à fournir des efforts
pour apprendre le français et le maîtriser non sans difficulté d’ailleurs.
L’apprentissage de l’anglais ne serait-il pas plus efficace au secondaire c’est-à-dire
plus rapproché du moment de l’entrée sur le marché du travail. Le français
devrait être la seule langue enseignée au primaire.
L’anglais est présentement
enseigné en 4ième année. Nous sommes à même de constater que notre fille écrit des
mots anglais dans ses travaux scolaires. Un exemple : " dance " au lieu de
danse, " copy " au lieu de copie et bien d’autres. ça semble exagéré mais
c’est pourtant vrai. Elle en perd son français. Elle aime parler anglais et n’aime pas
tellement faire des compositions productions écrites car elle trouve le français
difficile. La situation ne saurait être plus compliquée.

Nous en arrivons à vous écrire le pourquoi de cette lettre. Nous pensons que nous les
parents en tant que premiers éducateurs de nos enfants, devons le faire savoir si une
situation nous semble peu souhaitable et envisageable. Pour nous et sans doute pour vous
c’est une question de conscience

et d’avenir pour nos enfants, petits-enfants, neveux, nièces et pour toute la
société québécoise. Il est important de rappeler au gouvernement qu’il nous
représente et qu’il a le devoir d’adopter des mesures qui sachent satisfaire les
intérêts supérieurs du Québec.

Si, tout comme nous, vous apportez une importance à la qualité du français écrit et
parlé et à son enseignement, que vous trouvez que " ça n’a pas de bon sens
" et que ça devrait changer afin d’avoir les meilleures conditions d’apprentissage
possibles pour nos enfants, nous vous demandons de signifier, par courrier postal, par
courrier électronique ou par télécopieur, au Premier ministre du Québec, monsieur
Lucien Bouchard, et à madame Pauline Marois, ministre de l’éducation, votre
opposition à l’anglicisation de nos écoles et de nos enfants
Vous trouverez les
adresses ci-dessous. Faites connaître l’existence de cette lettre d’opposition aux gens
de votre entourage. Il serait préférable que le plus grand nombre de personnes aient une
copie à envoyer. Ensemble nous pouvons faire la différence avec fierté.

C’est pourquoi nous vous demandons de considérer cette lettre et de signifier votre
désaccord avec la politique linguistique du ministère de l’éducation au niveau
primaire. Le pouvoir de changer les choses appartient à ceux qui ont la volonté
et le courage d’agir
. Merci de l’attention que vous apportez à cette cause car
elle nous concerne tous.



COURRIER éLECTRONIQUE :

Monsieur Lucien Bouchard
Premier.ministre@gouv.qc.ca

Madame Pauline Marois
Pauline.marois/depute/pq@assnat.qc.ca

COURRIER POSTAL :

Monsieur Lucien Bouchard
Premier ministre
Gouvernement du Québec
885, Grande Allée est, 16e étage
Québec, Qc
G1A 1A2

Télécopieur: (418) 643-3924

Madame Pauline Marois
Ministre de l’éducation
1035, rue de la Chevrotière
Québec, Qc
G1R 5A5

Télécopieur: (418) 646-7551

N’oubliez pas d’expédier des copies conformes à :

Hélène Jetté
Richard Coulombe
jetcoul@citenet.net

Mouvement Impératif français
C.P. 449
J9H 5E7
Aylmer (Québec)

Téléc. : (819) 684-7119
C. élec. : Imperatif@imperatif-francais.org