LA VIE EST FACILE POUR LES ATHLÈTES ANGLOPHONES

LA VIE EST FACILE POUR LES ATHLèTES ANGLOPHONES

(Extrait du site de Radio-Canada le mercredi 14 juin 2000, 20 h 27 HAE.)

La commissaire aux langues officielles, Dyane Adam, affirme que le sport
amateur au Canada ne repond pas aux besoins des athlètes francophones. Dans
un rapport, déposé mercredi à Ottawa, elle fait une douzaine de
recommandations pour que la situation change d’ici deux ans.

Dans beaucoup d’organismes nationaux, note la commissaire, on ne
peut pas fournir de services adéquats en français et les entraîneurs sont
souvent incapables de communiquer dans les deux langues. En outre, il y a
peu d’athlètes francophones au sein de l’élite sportive canadienne :
seulement 18 % des athlètes de haut niveau sont francophones et leur
présence se limite à quelques sports. Dyane Adam recommande à Sport Canada
d’adopter un plan d’action énergique afin d’assurer l’égalité des chances
aux francophones.

Par ailleurs, le secrétaire d’Etat au sport amateur, Denis Coderre, promet
d’agir pour améliorer le sort des athlètes francophones au sein des équipes
canadiennes. Il songe notamment à l’embauche d’entraîneurs adjoints qui
parlent français et à exercer des pressions financières sur les équipes qui
résistent au bilinguisme.

Hyperliens pertinents:
Commissariat aux langues officielles
http://www.ocol-clo.gc.ca/4f.htm
Les langues officielles dans le système sportif canadien.
Sport Canada
http://www.pch.gc.ca/sportcanada/Sc_f/F_Cont.htm

Site du ministère du Patrimoine canadien.

(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant Daniel A. Duclos)