LA TOUR DE PISE

LA TOUR DE PISE
Le CRTC penche du même côté !

Madame Laura M. Talbot-Allan
Secrétaire générale du CRTC
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes
Ottawa, ON K1A 0N2

Madame :

Voici mes observations en réponse à votre avis public CRTC 2000-38 :

1. Je souhaite vous voir corriger vos politiques concernant l’offre de services de
canaux de télévision au Canada. Ce genre de politique devrait être indépendant de la
technologie et de la géographie pour faire justice à tous les Canadiens.
L’égalité devant la loi ne devrait pas peser plus d’un côté que de
l’autre ni dépendre de la technologie utilisée ou de l’endroit où l’on
réside.

2. Je désire réitérer d’abord ce que je vous avais écrit en juillet de
l’an dernier. Votre découpage du marché canadien en zones ou en marchés de langue
française et de langue anglaise vicie tout votre processus de réglementation. Si, au
contraire, vous aviez décidé qu’un pays avec deux langues officielles n’était
qu’un seul marché et que l’égalité de ses deux langues devrait régner
partout dans ce marché, vous auriez moins de problèmes à prendre des décisions.

2. Votre politique future doit tenir compte non-seulement de l’égalité dans le
choix des réseaux mais aussi de l’égalité dans les frais que paieront les uns par
rapport aux autres. Par exemple, il serait injuste que les citoyens de langue française
ait à payer des montants additionnels pour des canaux équivalents que les citoyens de
langue anglaise obtiendraient dans des services de base n’importe où au Canada.

3. égalité de canaux d’abord, quelque soit le nombre, et, ensuite, ajouter des
canaux de langue anglaise puisqu’il y en a plus que les canaux de langue française.
En d’autres mots, pas de 10 pour 1 comme vous le proposez dans votre avis public,
mais plutôt du 1 pour 1 jusqu’à épuisement des canaux disponibles dans la langue
de la minorité. Ensuite, ajoutez tous les canaux que vous pouvez dans la langue de la
majorité. Faire autrement serait de la discrimination envers la minorité française.
Votre choix de 10 pour 1 est non seulement arbitraire mais aussi discriminatoire envers la
minorité de langue française.

4. En agissant de cette façon partout au Canada, les études démographiques
deviennent superflues de même que les différences entre classes de diffuseurs. Les
statistiques démographiques ne servent qu’à justifier des services minables à la
minorité. Tous les diffuseurs devraient suivre la même règle du 1 pour 1.

5. Il est temps d’en finir avec les zones de desserte qui ne servent qu’à
justifier les études démographiques. Le pays tout entier doit être traiter comme un
seul marché canadien.

6. La nouvelle technologie numérique semble permettre à tous les distributeurs
d’offrir tous les canaux anglais et français partout au Canada et ainsi établir une
égalité d’accès à l’ensemble du pays. Il est malheureux que le CRTC ait
décidé de faire attendre à la population de langue française une technologie adéquate
tandis que la majorité de langue anglaise a tout eu ce qui l’intéressait avec la
vieille technologie analogique.

7. J’espère que le CRTC n’attendra pas encore une troisième technologie
avec encore plus de capacité avant de rendre justice aux canadiens de langue française.
Il n’y a aucun doute que le CRTC s’est laissé influencer par les distributeurs
anglophones pour priver les francophones d’une quantité plus grande de canaux de
langue française.

8. En somme, éliminez les classes de distributeurs, les zones de desserte et les
différences technologiques. Une seule règle suffirait : du 1 pour 1 jusqu’à ce que
toutes les choix possibles de la minorité soient épuisés. Ensuite, ajoutez tous les
autres canaux disponibles dans la langue de la majorité ou même dans d’autres
langues. Faire autrement serait discriminatoire selon la constitution canadienne.

9. Daignez croire, madame, à l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

Wilbrod LeClerc
Ottawa

Adresse utile :
procedure@crtc.gc.ca