LA SUISSE S’ANGLICISE

LA SUISSE S’ANGLICISE
Bien que les pays francophones et les francophones soient pourtant nombreux en Europe!

(Le texte suivant est extrait du journal La Presse, Montréal, lundi 25 septembre 2000)

L’anglais est la langue de communication en Suisse, selon deux sondages.
Associated Press

ZURICH/LAUSANNE – Les Suisses estiment que l’anglais est la langue de
l’avenir, selon deux sondages parus hier dans la presse helvétique.

Cet avis est partagé dans les principales régions linguistiques du pays. En
revanche, les Alémanique acceptent que l’anglais soit enseigné comme
deuxième langue à l’école, contrairement aux Romands.

L’Institut Isopublic, mandaté par la "SonntagsZeitung" a demandé à 1000
personnes quelle langue de communication devrait être utilisée à l’avenir
dans l’ensemble du pays. L’anglais arrive en première position, aussi bien
en Suisse alémanique avec 27%, qu’en Suisse romande avec 28%. L’allemand –
par opposition au dialecte alémanique – n’arrive qu’en deuxième position
avec 22% en Suisse allemande, devant le fiançais avec 17%.

Par contre, l’allemand ne récolte que 18% d’avis favorables en Suisse
romande, derrière le fiançais avec 23%. Les personnes interrogées qui
pensent que plusieurs langues doivent être utilisées comme langues de
communication représentent une part de 21% en Suisse romande, contre 15% en
Suisse alémanique. Le dialecte alémanique ne compte que 10% de partisans au
nord de la frontière linguistique et 1% dans la partie francophone du pays.

Les deux sondages font suite à la décision du canton de Zurich d’introduire
l’enseignement de l’anglais avant celui du fiançais à l’école primaire.

Ainsi, 62% des Romands pensent que l’anglais doit être enseigné en priorité
dès l’école primaire, en pensant à l’avenir de leurs enfants, selon
l’enquête effectuée auprès de 1200 personnes par l’institut IHA-Gfm à la
demande du journal Le Matin et de SSR-Idee suisse. Cette proportion passe à
73% en Suisse alémanique.

Ces résultats sont corroborés par les chiffres publiés dans la
"SonntagsZeitung": 65% des Alémanique donnent la priorité à l’enseignement
de l’anglais, au détriment des langues nationales. Cette proportion tombe
cependant à 45% en Suisse romande, 48% donnant la priorité à l’allemand.
Compte tenu de la marge d’erreur de plus ou moins 3,2%, il ne se dégage donc
pas de majorité en Suisse romande.

Dernier point, une majorité de citoyens romands (80%) et alémanique (83%)
considère que privilégier l’enseignement de l’anglais à l’école ne
représente pas un danger pour l’unité du pays, en réponse aune question du
Matin.

(Ce texte nous a été communiqué par notre correspondant Daniel A. Duclos)

(Le 25 septembre 2000)