LA GÉNÉRATION DES «PASSE-PARTOUT» S’OPPOSE À L’ANGLICISATION DU QUÉBEC

LA GéNéRATION DES «PASSE-PARTOUT» S’OPPOSE à L’ANGLICISATION DU
QUéBEC

A qui de droit,

Les récents événements concernant l’affichage en anglais m’ont profondément fait
réagir. En effet, même si, j’en conviens, ma seule source d’information reste les
médias, JE TROUVE INIMAGINABLE QUE LES GRANDS MAGASINS, SURTOUT EATON, AIENT FAIT
L’ANNONCE QU’ILS ACQUIESCERAIENT AUX DEMANDES D’ALLIANCE QUEBEC ALORS QUE LORS DE LA
MANIFESTATION, ILS DISAIENT REFUSER DE CEDER AUX MANIFESTANTS.

Ainsi, voici mes interrogations hypothétiques:

  1. Croyez-vous vraiment qu’une manifestation n’impliquant que 200 personnes, aussi
    médiatisée soit-elle, puisse contribuer à inciter de grosses compagnies à prendre des
    gestes aussi lourds de conséquence ?
  2. En effet, les dirigeants de la chaîne Eaton n’ont-ils pas annoncés qu’ils ne
    céderaient pas aux demandes d’Alliance Québec lors de la manifestation ?
  3. Que s’est-il produit entre la manifestation et l’annonce récente des intentions de
    quelques grandes chaînes de magasins d’instaurer l’affichage bilingue ?
  4. Serait-ce seulement dû au charme et au charisme du leader William Johnson ?
  5. Serait-ce plutôt dû au fait que les membres et sympathisants d’AQ ont la chance de
    compter sur leurs fortunes individuelles pour faire une pression beaucoup plus sérieuse
    sur les grandes chaînes que cette manifestation qui au fond, ne fait que détourner notre
    attention ?

Croyez-moi, la présence d’une communauté anglophone au Québec ne me dérange en
rien. J’ai moi-même plusieurs amis au sein de ce groupe de citoyens et j’ai bien vite
compris l’utilité de pouvoir m’exprimer en anglais. Or, que ce soit en arrêtant aux
"STOP" de Ville Mont-Royal ou au "GROCERY STORE" de Hudson, c’est
toujours la même pensé qui me vient à l’esprit:

Le Français est pour l’instant en bonne santé au Québec. Or, il est impossible de
s’attendre à une croissance quelconque de notre langue et ce, dans le monde entier. Dû
à l’engouement des jeunes Québécois face à la culture américaine (musique, films,
sports, etc.), notre langue risque de devenir un fardeau et une inutilité pour les
générations à venir. Ainsi, chaque action prise pour réduire la présence du Français
au Québec ne fait que contribuer à l’accélération de sa disparition totale.

Ce qui fait de Montréal une ville unique dans le monde n’est pas son club de baseball,
qui au fond, ne fait d’elle qu’une ville encore plus américanisée. Non, ce qui fait de
Montréal une ville unique, c’est que l’affichage du nom de ses rues, de ses publicités,
de son système de transport en commun et j’en passe soit en français. C’est ça qui
caractérise notre ville et bien sûr, la province au complet.

PS: Cette lettre n’a pas été écrite par quelqu’un de la génération des
"baby-boomers" mais de celle des premiers Passe-Partout.

Note: Veulliez distribuer cette lettre à qui bon vous semble.

Chantal Bédard
sto@aei.ca