« SOMMET CAPITAL 2000 »

Depuis notre intervention auprès du Comité organisateur du Sommet Capital 2000 (voir
le message à la fin), nous avons reçu le message suivant de la coordonnatrice qui nous
signale que la situation sera corrigée et qui le fut. Une visite du site du Sommet vous
permettra de le constater par vous-même (www.capital2000montreal.com).

Nous félicitons l’organisation du Sommet pour la rapidité avec laquelle elle s’est
empressée d’agir.

Cependant, vous constaterez que, de son côté, la Canadian Venture Capital Association
(CVCA) – Association canadienne du capital de risque (ACCR) exploite un site Internet
unilingue anglais : http://www.cvca.ca/
!!! N’hésitez donc pas à leur faire parvenir vos commentaires à l’adresse électronique
suivante :
kryan@cvca.ca

Objet : Message du Sommet Capital 2000

Bonjour M. Perreault, Nous avons bien reçu votre courriel daté le 18 décembre
1999 et avons pris bonne note de vos commentaires constructifs. Nous procédons
présentement à quelques modifications de notre site www.capital2000montreal.com
et vous pourrez les constater de visu d’ici quelques jours. Le site s’ouvrira sur une
page reproduisant le logo du Sommet, la date et le lieu; plus bas deux boutons vous
permettront de choisir la langue de l’usager: le français ou l’anglais. Vous
accéderez par la suite aux renseignements sur le Sommet. Nous vous remercions pour
votre intérêt envers le Sommet Capital 2000 et nous vous prions de recevoir, Monsieurl,
l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Diane Prévost, coordonnatrice
Sommet Capital 2000
455, rue Saint-Antoine Ouest, bureau 512
Montréal (Québec) H2Z 1J1
Canada
Tél.: (514) 861-2828
Télécopieur: (514) 861-2820


« SOMMET CAPITAL 2000 »

Que diriez-vous de participer au « Sommet Capital 2000 » qui
se tiendra au Palais des congrès de Montréal les 11, 12 et 13 juillet 2000 ? Plus de 1
200 participants sont attendus. Ce Sommet est organisé avec l’appui de Canadian
Venture Capital Association
(CVCA) – Association canadienne du capital de risque (ACCR)
dont le site Internet est entièrement unilingue anglais : http://www.cvca.ca/ !!!

Vous remarquerez en passant qu’encore une fois le mot « canadien
» est associé à unilingue anglais, non disponible en français !

La publicité de l’Association canadienne du capital de risque
Non ! Il serait plus juste de dire la publicité de la Canadian Venture Capital
Association
pour annoncer la tenue de ce Sommet est elle aussi unilingue anglaise à
l’adresse : http://www.cvca.ca/events/guestbook.html

Sur cette page promotionnelle de l’ACCR, vous trouverez
l’adresse Internet du « Sommet Capital 2000 » :

" To be put on the mailing list for more information on this
session when available, please send your contact details to Diane Prévost,
info@capital2000montreal.com or check out the web site at
http://www.capital2000montreal.com
"

En cliquant sur cette adresse, vous accéderez « en premier »
à la version anglaise du site du Sommet à partir de laquelle vous pourrez « par après
» atteindre la version française. Que fait-on de la « nette prédominance » du
français au Québec ?

En comparant les adresses Internet des versions française et anglaise,
vous constaterez que celle qui donne accès à la version anglaise est évidente, courte
et facile à retenir tandis que celle que l’on a « choisie » pour la version
française est longue à n’en plus finir, impossible à retenir et totalement
insensée ! Comparez par vous-mêmes les deux adresses :

Version anglaise : http://www.capital2000montreal.com

Version française: http://www.capital2000montreal.com/images/splash-fr/index-francais.html

Il y a 37 caractères de plus pour atteindre directement le site en
français ! Avec 37 caractères en plus pour avoir droit à l’information dans notre
langue, c’est à notre langue que les responsables du Sommet nous convient ainsi à
renoncer. Nous rappelons ici que le Commissaire aux langues officielles (du Canada ! )
faisait remarquer récemment que la position du français était trop souvent
infériorisée dans la construction même des adresses Internet du gouvernement canadien.
(à cet égard, nous vous suggérons la lecture des deux paragraphes à la fin de ce
message traitant de « l’adressage Internet » )

En fouinant sur la page des « partenaires » du Sommet,
c’est-à-dire ceux qui se sont associés à l’initiative principale et au site Web
qui en découle, vous reconnaîtrez les noms et les logos de plusieurs organismes
clairement désignés « canadiens », mais aussi d’autres du Québec : la Caisse de
dépôt et de placement du Québec, la Société générale de financement, une filiale
d’Hydro-Québec et ceux du Fonds de solidarité des travailleurs du Québec et de la
Société Innovatech, deux entreprises « privées » qui doivent leur existence à la
générosité des fonds publics québécois. Et, le nom et le logo du Gouvernement du
Québec !!!

Il est inquiétant de constater que les gouvernements du Canada et du
Québec et les organismes relevant de leur autorité respective renoncent aussi facilement
à placer le français en première place pour une activité qui aura pourtant lieu au
Québec, de surcroît dans la métropole québécoise !

Plusieurs personnalités publiques bien connues font partie du «
Comité organisateur ». Les noms de ceux-ci ainsi que leur adresse électronique
respective sont disponibles à l’adresse Internet suivante :
http://www.capital2000montreal.com/membres/index.asp?l=e
que nous vous recommandons d’utiliser pour les sensibiliser à l’importance de
faire leur part pour protéger et promouvoir la langue française…

ADRESSAGE INTERNET :

Le dessein même d’un nom de domaine est de permettre
l’association spontanée entre le nom d’une entreprise, d’un organisme ou d’un
événement et le point de la toile où réside le serveur faisant sa promotion. Si
l’association spontanée donne d’abord accès à de l’information en anglais et qu’il
faille faire un effort supplémentaire pour trouver cette information en français, cet
accès « coûte » plus cher et par là, le français est infériorisé.

Il y a quelques années, Benoît Brière, Monsieur B des publicités de
Bell Canada, ridiculisait les concurrents de Bell parce qu’avec eux il fallait composer «
trente-cinq chiffres » pour obtenir la communication, au point où les deux personnages
joués par Brière (Monsieur B et son beau-frère) manquent leur avion !

*********

N’hésitez surtout pas à faire parvenir vos commentaires par
courrier électronique au Comité organisateur du Sommet ( info@capital2000montreal.com ) et de
plus, aux membres du Comité . Vous trouverez leurs adresses électroniques à la page
suivante : http://www.capital2000montreal.com/membres/index.asp?l=e

Source :

Impératif français
Imperatif@imperatif-francais.org

(Le 15 décembre 1999)