« NOUS NOUS ENGAGEONS À ABOLIR LA LOI 86 »

« NOUS NOUS ENGAGEONS à ABOLIR LA LOI 86 »

" Un gouvernement péquiste s’engage à abolir la loi 86 et
à rétablir la Charte de la langue française dans son intégralité " : extrait du
programme électoral du Parti québécois, p. 26, 1e trimestre 1994.

La loi 86 de Claude Ryan fut adoptée le 9 juin 1993, malgré
l’opposition farouche du PQ. Cette loi fait reculer le français dans la législation
et la justice, dans l’administration, dans le travail, dans le commerce et les
affaires et dans l’enseignement.

Voici quelques réflexions intéressantes tirées du Journal des
Débats des 7 et 8 juin 1993 :

° Guy Chevrette : " Nous sommes contre l’ensemble du projet
de loi, l’ensemble des principes qui sont contenus dans ce projet de loi. "

° Pauline Marois : " évidemment et avec conviction, M. le
Président, je vais voter non. "

° Rémi Trudel : " La loi 86 est une révision majeure de la loi
101, à tous les chapitres, et partout pour l’affaiblir. "

° Jacques Brassard : " Alors, donc, une entreprise de démolition
et de démantèlement de la loi 101. C’est ça le projet de loi 86. Il faut le dire
carrément et franchement. "

° Jeanne Blackburn (porte-parole officielle du PQ sur la langue ) :
" Une loi inacceptable que nous nous engageons, comme gouvernement au pouvoir, à
abolir. "

° Louise Harel : " Toute modification à la loi 101 ne saurait
être acceptable que si elle vient renforcer le français. "

° André Boulerice : " La population québécoise voit son
gouvernement troquer 300 ans d’histoire pour aller chercher un vote illusoire
anglophone. "

Il semble bien que Claude Ryan ait fait changer d’idée tout ce
beau monde ! Le pouvoir et Lucien Bouchard aidant, cette loi pourrie serait-elle devenue,
par magie, une bonne loi pour le français ?

NON !

Jacques Poisson
Président du Mouvement estrien pour le français
http://www.mef.qc.ca/