« AU SUJET DE LA MINORITÉ ANGLOPHONE… »

« Au sujet de la minorité anglophone… »
La Commissaire canadienne aux langues officielles récidive !

à la lecture de la réplique suivante de la Commissaire canadienne aux langues officielles au texte du président d’Impératif français « Une minorité isolée! », vous constaterez que madame Diane Adam fait encore sienne la supercherie canadienne inventant de toutes pièces une minorité de langue anglaise en Amérique du Nord et au Canada ! Il faut savoir que c’est dans la Loi canadienne sur les langues officielles que le gouvernement fédéral invente cette pseudo-minorité canadienne de langue anglaise.

Pas étonnant, dès lors, de voir et d’entendre la Commissaire « canadienne » aux langues officielles, responsable de l’application de cette Loi, marteler à chaque occasion cette supercherie puisqu’elle et son entourage se sont vus confier cette tâche par le gouvernement canadien et, de plus, ils sont « payés » pour le faire ! Il faut que le message passe puisque leurs postes, leurs budgets, leurs salaires et les subventions versées aux organismes anglophones faisant la promotion, au Québec, de la langue canadienne et nord-américaine majoritaire, l’anglais, en dépendent !

Il est possible de lire le texte « Une minorité isolée ! » du président d’Impératif français, monsieur Jean-Paul Perreault, auquel madame Dyane Adam répond dans LeDroit du vendredi 4 février 2000.

Nous profitons aussi de l’occasion pour vous inviter à lire également le texte « Une tactique très payante » sur le même sujet.

La réplique de la Commissaire canadienne aux langues officielles « au sujet de la minorité anglophone… », de surcroît « isolée », pour laquelle elle sollicite votre compassion suit ! Vous trouverez à la fin de cette réplique les coordonnées de la Commissaire canadienne aux langues officielles. N’hésitez surtout pas à l’utiliser !

Un sentiment d’inquiétude croissant

Le Droit publiait le samedi 22 janvier dernier un article de M. Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français.

Cet article intitulé «Une minorité isolée!» critique certains éléments de ma lettre du 13 janvier publiée par Le Droit au sujet de la minorité anglophone au Québec.

J’y ai affirmé que les nouvelles contributions financières annoncées récemment par Patrimoine canadien arrivent à point nommé car «les populations minoritaires se sentent souvent isolées par rapport à la communauté majoritaire» et que cette aide favorisera un contexte où ces communautés pourraient davantage «vivre une vie normale qui ressemble à celle de leurs concitoyens de langue française». La critique de M. Perreault me donne l’occasion d’expliciter ma pensée à ce sujet.

En premier lieu, les communautés anglophones auxquelles j’ai fait référence et qui connaissent un sentiment d’isolement particulièrement prononcé résident dans certaines régions du Québec: Côte-Nord, Îles-de-la-Madeleine, Gaspésie, notamment.

En deuxième lieu, le sentiment de vivre une vie normale est souvent lié au fait de vivre dans un milieu où un nombre suffisant de personnes participent à une vie communautaire qui repose, entre autres, sur la présence d’institutions de la communauté.

Or, toutes les études statistiques le démontrent, le nombre de Québécois anglophones a diminué de façon significative au cours des dernières décennies.

La menace constante de diminution du nombre de municipalités bilingues, d’institutions de santé de langue anglaise et d’écoles anglaises suscite un sentiment d’inquiétude croissant de la part de plusieurs membres de ces communautés quant à leur avenir comme communauté au Québec.

Il faut savoir faire une distinction entre la vitalité des communautés et la présence forte de la langue anglaise dans les contextes canadien et nord-américain.

à titre de Commissaire aux langues officielles, je continuerai d’accorder toute l’attention nécessaire aux communautés anglophones du Québec et francophones à l’extérieur du Québec.

Dyane Adam, commissaire aux Langues officielles

NDLR L’adresse de la page Internet de la Commissaire aux langues officielles à partir de laquelle il est possible de lui faire part de vos commentaires est : http://www.ocol-clo.gc.ca/9f.htm

Pour ceux qui préfèrent intervenir par la poste, le téléphone ou le télécopieur, les coordonnées sont:

Commissariat aux langues officielles
344, rue Slater
Ottawa (Ontario)
K1A 0T8
Téléphone : (613) 996-6368
Sans frais : 1 877 996-6368
Télécopieur : (613) 943-2255