IMPÉRATIF FRANÇAIS DEVANT LE CRTC

IMPéRATIF FRANçAIS DEVANT LE CRTC –
Le renouvellement des licences de la SRC

Dans sa présentation1 devant le CRTC sur le renouvellement des permis d’opération de la SRC, Impératif français déplore l’inaction du régulateur des ondes devant le fait que des câblodistributeurs hors-Québec ne diffusent ni les services de la télévision généraliste de la SRC, ni RDI.

Par exemple, COGéCO n’offre pas RDI dans plusieurs localités qu’elle dessert, telles Windsor, Maxville, St-Isidore-de-Prescott et Plantagenet. En Ontario seulement, plus de 28 services de câblodistribution ne diffusent ni RDI ni le service généraliste de la SRC. Autre exemple : en octobre 1998, Rogers Cablesystems a repoussé RDI à la case 72 et 73 dans bien des localités de la région de Toronto réduisant ainsi son accessibilité pour bien des abonnés.

Le président d’Impératif français, monsieur Jean-Paul Perreault, déclare qu’« en laissant les câblodistributeurs agir à leur guise, le CRTC se montre peu soucieux de la vitalité de la francophonie, alors que la Loi sur la radiodiffusion l’enjoint à protéger le patrimoine culturel du Canada. »

Tout en appuyant le renouvellement des licences de Radio-Canada, Monsieur Perreault ajoute « qu’un pays qui s’affiche francophone ne peut se satisfaire de services télévisuels en français insuffisants et difficiles d’accès.»

Le mémoire d’Impératif français