HARO SUR SABENA

HARO SUR SABENA

Je suis allé passer les vacances de fin d’années sur les côtes
méditéranéennes de la Tunisie. Pour me rendre à destination, j’ai utilisé les
services de la société aérienne belge SABENA et fait escale à Bruxelle, capitale de la
Belgique et capitale de l’Union Européenne.

Croyant qu’il y a trois (3) langues officielles en Belgique: le
français, le Néérlandais et l’Allemand, j’ai cru que passer par Bruxelle et utiliser
les services de SABENA serait une garantie que je serais respecté en tant que
francophone. Et bien, je me suis trompé.

Sur SABENA, les consignes de sécurité sont diffusées uniquement en
anglais. Le petit film nous expliquant comment attacher notre ceinture, comment placer le
masque à oxygène, comment utiliser la veste de sauvetage et comment quitter l’appareil
en cas d’urgence n’existe qu’en anglais. à la toute fin, un petit mot en français, en
néérlandais et en allemand disant à peu près "si vous avez des questions, posez-les
au personnel de bord". à titre de comparaison, j’ai déjà pris place à bord d’un
vol exploité par la société américaine Delta et là, les consignes de sécurités (sur
film) étaient diffusés en anglais et en français.

La revue corporative de SABENA, chaque société aérienne possède une
revue corporative placée dans la pochette sur le devant des passagers, est publiée
uniquement en anglais. Il y a une annonce de Belgacomm en français mais c’est tout. à
par cela rien en Français, rien en Néérlandais, rien en Allemand.

à noter que le site de SABENA accessible par Internet ( http://www.sabena.be/
) brille aussi par l’absence de Français, de Néérlandais et d’Allemand.

L’aéroport de Bruxelle-National est à l’image de son principal
client. Tous les messages de nature commerciale (publicité, devanture des commerces,
raisons sociales) sont exclusivement en anglais.

Plusieurs directives données aux passagers sont également données
exclusivement en anglais. En fait, il y a plus de français à l’aéroport de Franckfort
(en Allemagne) qu’à l’aéroport de Bruxelles.

Au nom d’une soit disant Européanisation (ou Internationalisation) des
activités économiques de la Belgique, on demande aux Belges de renoncer à leurs langues
et à leurs cultures.

Vraiment navrant.

Yanik Crépeau
yanikc@videotron.ca

NDLR Vous pouvez faire parvenir vos commentaires à SABENA aux adresses
suivantes :

SABENA
communication@sabena.be

Monsieur Herman De Croo
Président de la Chambre des représentants
herman.decroo@deKamer.be

Madame Isabelle Durant
Vice-Première ministre et
Ministre du transport
secretariat.ministre@vici.fgov.be

Didier Gosuin
Ministre régional bruxellois
dgosuin@gosuin.irisnet.be

(Le 6 janvier 2000)