FUTURE SHOP : UN BILINGUISME… TRÈS RELATIF.

FUTURE SHOP : Un bilinguisme… très relatif.

La chaîne de magasins électroniques Future Shop, tout en étant
solidement établie au Québec, continue de négliger le fait français et par ricochet,
démontre un manque de respect flagrant envers la majorité de ses clients québécois.

Une simple visite à leur site Internet ( http://www.futureshop.com
) permet de constater que pour Future Shop, il y a bel et bien deux langues officielles au
Canada; cependant, il y a nuance : l’une est la langue principale, et l’autre
est une langue secondaire parlée par l’une des nombreuses "communautés
culturelles" (voir minorité ethnique en voie d’assimilation) de ce beau et
grand pays.

La page d’accueil du site, entièrement en anglais, laisserait
croire à un visiteur non averti que Future Shop est une compagnie américaine
fonctionnant entièrement en anglais. Mais, ô surprise, une petite feuille d’érable
rouge figure dans le coin supérieur droit, nous informant qu’il s’agit bel et
bien d’une compagnie canadienne. On croirait voir un de ces sceaux d’approbation
apposés par le ministère de la propagande « canadian » : une petite feuille
d’érable, mais de français, point.

Les seules sections où l’on a cru bon de mettre du français
sont, évidemment, la section qui permet à l’internaute de trouver le magasin le
plus près de son domicile, un petit paragraphe d’aide, ainsi qu’une infime
partie des emplois disponibles chez Future Shop.

Tous les rapports annuels ne sont disponibles qu’en anglais
seulement, et tous les communiqués de presse ne sont aussi disponibles que dans la langue
de Shakespeare.

Le bureau principal de cette chaîne se trouve à Burnaby,
Colombie-Britannique. Le bureau ‘régional" se trouve à Anjou. Sept magasins se
trouvent dans la région montréalaise, deux à Québec, un à Chicoutimi et un autre à
Gatineau. Ils prévoient ouvrir trois magasins en l’an 2000, dont un au Québec, à
Saint-Bruno-de-Montarville. La chaîne compte donc 80 magasins sur le territoire de la
fédération, dont 11 se retrouvent au Québec, soit 14%.

La compagnie se targue d’offrir un "service à la clientèle
insurpassable". Hmmm……

Après avoir clos ses opérations aux états-Unis pour cause de
non-rentabilité, son conseil de direction a décidé de concentrer ses activités au
Canada et au Québec. Donc, après s’être financièrement cassé les reins aux
états-Unis, elle y abandonne tout, transfère deux magasins ailleurs au Canada et en
ouvre un tout neuf au Québec. Elle compte donc sur nous pour se refaire une beauté
financière! Elle doit comprendre que, si elle veut notre argent, nous nous voulons son
respect. ça en fait une entreprise très fragile en ce qui concerne les relations
publiques, surtout avec la réputation qu’elle traîne au Québec. On peut dire
qu’elle patine sur une fine glace.

Pour leur année financière se terminant le 3 avril 1999, Future Shop
aurait déclaré des ventes de atteignant 1,451 milliard de dollars au Canada, la part
québécoise n’étant pas disponible.

Aucun francophone ne semble figurer dans leur Conseil de direction, et
aucun francophone non plus dans leur équipe de dix-huit (!) officiers corporatifs.

Notez que Future Shop aurait déjà eu plusieurs réunions "au
sommet" avec l’Office de la langue française et la Commission de protection de
la langue française.

Voici la réaction d’un porte-parole de la compagnie, informé
d’une plainte et d’une menace de boycott concernant le manque de français sur
leur site Internet. Son nom est François Chevallier :

Version originale : " Nous vous remercions pour vos commentaires.
Nous avons commence la traduction du site et toutes les informations sur nos magasins sont
traduites sur notre site. Nous travaillons avec nos fournisseurs pour obtenir les
descriptions des produits en Francais (sic). Je ne suis pas au courant de cette campagne
de boycott. Est_ce au sujet du manque de langue Francaise (sic) sur notre site?
Pouvez_vous m’envoyer une address (sic) internet ou je puisse trouver les details? Merci
d’avoir pris le temps de nous ecrire . Vos commentaire nous aide a mieux repondre a vos
besoins." (…)

Mis à part les commentaires du genre "merci pour cette
question", rien donc de bien bien concret.

Enfin, sortons nos vieux réflexes de colonisés et donnons-leur le
bénéfice du doute en nous disant qu’au moins, ça avance…mais ça, nous le
vérifierons nous-mêmes, merci.

On peut communiquer avec Future Shop à l’adresse électronique
suivante : webmaster@futureshop.com

Pascal Roseau
proseau@yahoo.com