FINANCEMENT SCANDALEUX DE L’ANGLICISATION PAR OTTAWA

FINANCEMENT SCANDALEUX DE L’ANGLICISATION PAR OTTAWA

Pendant que le français est moribond dans la plupart des provinces anglaises du
Canada, que l’anglo-américain déferle à travers le monde et tente d’imposer son
hégémonie, que l’anglais assimile au Québec même, Ottawa amplifie le problème en
subventionnant les forces d’anglicisation du Québec. Est-ce que l’anglais recule en
Estrie et au Québec ? Avec la menace mortelle pour le français de la minorisation des
francophones sur l’île de Montréal, d’ici une quinzaine d’années, il n’est pas
nécessaire d’être très futé pour savoir quelle langue est en péril au Québec et que,
si on laisse faire, l’effet domino se fera rapidement sentir à travers le Québec. Le
Mouvement estrien pour le français partage la même indignation qu’Impératif français
quand il voit Ottawa augmenter de 50% son financement aux groupes créés essentiellement
pour démolir ou neutraliser la Charte de la langue française. Ceux qui ont cruellement
besoin d’aide, ce sont les franco Ontariens qui luttent pour la survie de l’hôpital
Montfort d’Ottawa, ce sont les francophones de l’Ouest canadien qui se battent pour avoir
le dixième des institutions scolaires ou de santé par rapport aux anglophones du
Québec. C’est là que devrait aller l’argent d’Ottawa. Croire qu’Alliance Quebec et que
les Townshippers ont des visées différentes est assez naïf. Quelle différence y a-t-il
entre Alliance Quebec et les Townshippers quant à l’anglicisation de l’affichage, de
l’école, de la santé, du travail, des immigrants, etc. Aucune. Il n’est pas évident que
l’anglais recule en Estrie, quant on voit l’augmentation des étudiants hors-Québec qui
envahissent Bishop’s (plus de 60 % et à nos frais), les postes interdits aux francophones
dans la santé, la multiplication des postes de radio et de télévision en anglais,
l’assimilation de la majorité des immigrants et de plusieurs francophones de l’Estrie à
l’anglais…

Si plusieurs parents francophones insistent pour que leurs enfants apprennent
l’anglais, une forte majorité exige que le français soit enseigné de façon efficace
afin que les jeunes possèdent bien la langue officielle du Québec.

Comme Ottawa a des sommes mirobolantes à distribuer partout et pour tout, le Mouvement
estrien pour le français et Impératif français recommandent au gouvernement canadien de
s’assurer que les minorités francophones aient le minimum vital pour exister et demandent
au fédéral d’arrêter l’hémorragie du français au Canada, à l’extérieur du Québec.
Notons que les 800 000 francophones à l’ouest du Québec n’ont aucune université et
aucun grand hôpital alors que les 600 000 anglophones du Québec ont trois universités
et 18 hôpitaux très généreusement subventionnés.

L’anglais n’a pas besoin d’être financé par Ottawa au Québec : il est omniprésent
et en excellente santé, merci !

Jacques Poisson
Président
Mouvement estrien pour le français
1920, rue Grime téléphone : (819) 565 – 1076
Sherbrooke (Québec)
J1J 1E7 télécopie : (819) 565 – 8071
courriel : m.e.f.@sympatico.ca site : www.mef.qc.ca

(Sherbrooke, 2000/01/05)