DUGUAY

LES
DéJEUNERS-CAUSERIES D’IMPéRATIF FRANçAIS

SEMAINE DE LA LANGUE FRANçAISE ET
DE LA FRANCOPHONIE

Le dimanche 19 mars à 11 heures

Raôul Duguay

Agora
Gilles-Rocheleau
Maison du Citoyen
25, rue Laurier
Hull (Québec)
Tél. : (819) 684-8460

Raôul Duguay, poète

LANGUE FRANçAISE ET LANGUE UNIVERSELLE :
Entre la lettre et le chiffre

Il s’agit ici du choc du commerce et de la culture,
de l’effacement des choses derrière les nombres qui les signifient. Aujourd’hui, texte,
son et image s’expriment en "bits". Parce que le champ de cette dissolution du
sens des choses est devenu le code quantitatif universel de la vie économique, la
suprématie de la langue numérique, élevée en nouvelle Babel, nous porte à lire, à
l’aide de deux chiffres 0 et 1, les faits et gestes de l’humanité. L’américanisation des
cultures face à l’évolution de la langue française met en péril immédiat le maintien
et le renouvellement des traditions. L’adage écologique « Vision planétaire, action
locale » s’est transformé en «Vision planétaire, action planétaire ». Force nous est
de constater que si l’impérialisme économique s’est vite mué en impérialisme culturel
planétaire, c’est grâce surtout à la domination de la langue américaine.
Malheureusement, cette anglicisation de la planète pulvérise toutes les différences
culturelles. Parce qu’elle uniformise les cultures, la mondialisation des marchés rend
l’humain unidimensionnel et met dans le formol cette richesse de l’évolution qu’est la
diversité.

S’il est vrai que la langue est le logiciel qui fait
fonctionner la psychologie humaine, comme l’écrit Derrick de Kerckhove, toute technologie
qui exerce une action de façon significative sur la langue doit aussi peser sur le
comportement aux plans physique, émotionnel et mental. à l’heure du métissage des
langues, toute la francophonie doit raffermir sa cohésion et surveiller constamment le
parachutage de termes anglais aussi bien dans la langue parlée que dans l’écrite.

S’il est vrai aussi que la langue sous-tend et
propulse l’identité d’un peuple, nous du KébèK (graphie originelle du temps de
François 1er), devons faire rayonner la beauté de notre langue même sur Internet.

Dans un tel contexte mondial où les lois du marché
imposent la règle, quel pouvoir de rayonnement reste-il à la langue française, couleur
kébékoise. Îlot francophone cerné par un océan anglophone, que reste-t-il à un
peuple quand la démocratie y est menacée ? Bien sûr, il faut une prise de parole
francophone.

Au cours de cette conférence:
– analyse de la nouvelle donne statistique concernant la langue française au Canada comme
au KébèK.
– réflexion sur la dernière rencontre de l’OMC à Seattle (l’AMI).
– un retour historique sur la naissance de l’alphabet amalgamé à celle du chiffre.
– etc.