DROIT DE TRAVAILLER EN FRANÇAIS

DROIT DE TRAVAILLER EN FRANçAIS

Réf : AXA communiqué Paris, le 23 juillet 1999

Communiqué de presse

" La langue française est la langue de l’enseignement, du
travail, des échanges et des services publics
[…] Tout document comportant des
obligations pour les salariés ou des dispositions dont la connaissance est nécessaire à
celui-ci pour l’exécution de son travail doit être rédigé en français

(…) "

C’est sur la base de ces articles de la loi du 4 août 1994 (loi
Toubon) que la CFTC d’Axa Assistance s’est fermement opposée à l’installation, en
version anglaise, du logiciel " Lotus notes ", pour les 514
salariés de l’entreprise située en région parisienne, à Issy-les-Moulineaux.
" Certains salariés, qui doivent obligatoirement utiliser Lotus notes ne
sont pas bilingues "
insiste Jean-Loup Cuisiniez* délégué CFTC.
" Ils n’ont pas été engagés avec cette qualification et la méconnaissance de
la langue anglaise pourrait les conduire à faire des erreurs d’interprétation
. "

" Le droit, qu’a chaque salarié de comprendre ce qu’on
lui demande d’accomplir dans l’entreprise est fondamental
, poursuit Jean-Loup
Cuisiniez. Contraindre le personnel de penser et de travailler dans une autre langue
ajoute une fatigue mentale supplémentaire. Contrainte d’autant plus intolérable qu’elle
est souvent injustifiée. Il ne s’agit pas d’ignorer la nécessité de maîtriser des
langues étrangères pour certaines activités de l’entreprise. Mais tous les salariés
n’en ont pas besoin, pour accomplir correctement leur travail. A court terme, le risque
serait de voir des postes, à faible qualification, réservés à des diplômés bac +2 à
+4, maîtrisant correctement l’anglais. "

Grâce au soutien des salariés, particulièrement celui des jeunes de
l’entreprise, et aux conseils de l’association le Droit de Comprendre, la CFTC
d’Axa Assistance a obtenu satisfaction de la part de la direction. La version française
du logiciel Lotus note a été mise à la disposition du personnel.

" Ces petites choses n’ont l’air de rien, mais elles sont
essentielles : le bien-être des salariés en dépend
" conclut
Jean-Loup Cuisiniez.

Nous pouvons ajouter que l’avenir de la langue française dans nos
entreprises en dépend également et, au-delà, l’avenir même de l’emploi des salariés
français.

Marceau Déchamps
Vice-président de Défense de la langue française
Secrétaire général de Droit de comprendre
Tél. 01 30 51 45 73
dlf78@club-internet.fr

*Jean-Loup Cuisiniez
Délégué CFTC Axa Assistance
Tél : 01 55 92 43 89