DREAMWORKS ET LA LANGUE FRANÇAISE

DREAMWORKS ET LA LANGUE FRANçAISE
Pas de bande-son française dans tous leurs DVD.

NDLR – L’adresse électronique de Dreamworks
est: webcontact@DreamWorks.com

éditorial de décembre 2000 de M. Mathieu Daoust, rédacteur en chef de DVD
en français
. Cet article est également disponible a l’adresse suivante:
http://www.dvdenfrancais.com/accueil/informations_editorial.asp

Dreamworks et la langue française
Récemment nous demandions à Dreamworks pour quelles raisons il n’y avait
plus de bande-son française dans tous leurs DVD. En guise de réponse, on
nous a dit qu’aucun commentaire ne serait fait à ce sujet. Mince
consolation, Dreamworks s’est borné à déclarer que la possibilité de
réinclure des bandes-son françaises était envisagée. Rappelons que les
premières éditions DVD de ce studio offraient du français : Paulie, The
Peacemaker, Mouse Hunt, Small Soldiers en sont des exemples.

L’importation de DVD depuis l’Europe a poussé Dreamworks, en milieu d’année
1999, à supprimer le français de ses éditions DVD, tout comme l’ont fait
Columbia/Tristar et Warner.

Après bien des démarches, notamment du gouvernement québécois, Warner et
Columbia/Tristar offrent à nouveau depuis le début de l’automne ce cette
année du français dans la très grande majorité de leurs éditions.

Malheureusement, la situation n’a pas changé chez Dreamworks. Pourquoi? Les
raisons nous semblent nombreuses. Il faut en premier lieu savoir que
Dreamworks est un studio dont l’existence est tout à fait récente. Ce studio
ne siège pas aux comités conjoints des studios. Ces comités discutent
régulièrement des enjeux de l’industrie, dont le développement du format
DVD. Dreamworks n’est pas sensibilisé, comme le sont les autres studios, aux
enjeux du format. à titre d’exemple, en février 2000 lors d’une de ces
réunions conjointes nous avons appris qu’un des sujets à l’ordre du jour
était la présence du français dans les DVD.

Dreamworks, à la différence d’autres studios, n’a aucune présence directe
en
sol canadien. Paramount, Warner, Fox, Buena Vista ont tous des représentants
ou bureaux au Canada et elles sont bien au fait que le français constitue
l’une des deux langues officielles dans ce pays. Cela n’est pas sans
importance car ces représentants sont ceux qui sont le contact le plus
direct avec l’industrie canadienne du vidéo. Ils sont en mesure de faire
part avec acuité et insistance de la nécessité de bande-son française auprès
des sièges sociaux aux états-Unis, là où se prennent les grandes décisions.
La réalité linguistique du Canada leur est par conséquent plus familière.
Universal distribue au Canada les produits Dreamworks. Universal a bien
tenté de sensibiliser ce studio récalcitrant à la nécessité de bande-son
française, mais sans succès semble-t-il.

Autre point à ne pas oublier : Dreamworks tient à consolider le plus
possible sa position de nouveau studio majeur, la capitalisation faisant foi
de force en ce domaine. Dreamworks fait un calcul simple : il est plus
profitable de ne pas offrir de bande-son française en Zone 1 (Amérique du
Nord) que de prendre le risque d’importations massives depuis la Zone 2
(l’Europe), là où les titres DVD paraissent avec un certain retard par
rapport à la Zone 1.

Fait curieux, au moins deux autres studios siégeant aux comités ont réalisé
des études sur le phénomène des importations. Ils semblerait que le
problème, bien que réel, ait moins d’ampleur qu’on l’imagine. Mais, comme
nous l’avons mentionné ci-dessus, Dreamworks ne siège aux comités de
studios…

Nous mentionnons régulièrement l’effet locomotive des succès au
box-office
sur l’industrie du vidéo (tant VHS que DVD). Le problème avec les bandes-son
françaises n’est pas que le français soit complètement absent des éditions
DVD, mais plutôt que trop souvent il soit absent des éditions majeures.
Dreamworks, qu’on le veuille ou non, produit essentiellement des titres
majeurs depuis deux ans : Saving Private Ryan, Americain Beauty, Chicken Run
et Gladiator pour citer les principaux.

Au moment d’écrire ces lignes, Gladiator fracasse des records de vente DVD.
La sortie d’une telle édition crée beaucoup d’engouement dans les médias.
Ainsi, on a pu lire dans la page éditoriale de La Presse du samedi 25
novembre des mots flatteurs sur ce support vidéo. Bien sûr, on mentionnait
la sortie de Gladiator… Ce n’est certainement pas au Québec que Dreamworks
fera le plus de ventes, toutes proportions gardées, avec cette édition. Il a
été mainte fois prouvé que la présence de bandes-son françaises
constituait
une des principale motivations d’achat en territoire québécois. à titre de
preuve, de nombreux club vidéo ne gardent en location que des éditions qui
ont des bandes-son françaises : des distributeurs soulignent en caractère
gras la présence du français sur tel ou tel titre, et des magasins apposent
des autocollants pour bien identifier les DVD qui ont du français.

à quand une évolution dans ce dossier? Il est hasardeux de répondre à
cette
question. Chose certaine, Dreamworks doit être sensibilisée au fait français
en Amérique du Nord et à l’importance de celui-ci, et ce, en dépit de tous
les calculs financiers que fait ce studio.

Mathieu Daoust
(514) 244-5681
Redacteur en chef/Chief editor: http://www.dvdenfrancais.com
Courriel/Email: info@dvdenfrancais.com
——–
DVD en français est un site consacré au format DVD-vidéo en Zone 1.
Présent sur Internet depuis l’avènement de ce format en avril 1997, ce site
a grandi au fil du temps pour devenir une référence majeure dans la
communauté francophone d’Amérique du Nord.
Mis à jour quotidiennement, le site dvdenfrancais.com offre des nouvelles,
critiques et dossiers sur le DVD.
Ce site est régulièrement cité par les médias, notamment Radio-Canada et
La
Presse.
Pour tout renseignement, n’hésitez pas à me contacter.
——–