DON (DONALD) BOUDRIA

DON (DONALD) BOUDRIA
Le lauréat du Prix Coco n’apprécie guère qu’Impératif français ait souligné son travail pour angliciser les Jeux de la Francophonie de 2001.

à la lecture de sa lettre, vous remarquerez toutes les diversions et faussetés qu’il utilise plutôt que d’admettre qu’il a erré. L’adresse électronique du Ministre est publiée à la fin de sa lettre.
*****************

Ottawa, le lundi 20 mars 2000

Monsieur Jean-Paul Perreault
Impératif français

Monsieur,

Permettez-moi, en cette journée internationale de la Francophonie, de répliquer à vos propos rapportés dans les quotidiens Le Soleil et Le Droit de ce matin, propos selon lesquels « j’ai travaillé très fort pour…les Jeux de la Francophonie de 2001 ». Vous me pardonnerai de retirer le mot « angliciser » de votre citation, pour la rendre plus exacte!

Le mépris des séparatistes à l’endroit des francophones hors-Québec perdure! En effet, il aurait été très mal vu de la part d’un regroupement comme le vôtre de mentionner que…

J’ai moi-même proposé la candidature du Canada pour le Sommet de la Francophonie (de Moncton)… J’ai présenté la candidature du Canada pour les Jeux de la Francophonie… Je suis le ministre responsable des Jeux de la Francophonie… J’ai moi-même demandé que seule la langue française soit utilisée lors des prestations culturelles dans le cadre des Jeux de la Francophonie, quand d’autres langues étaient utilisées même à Madagascar. J’ai été le premier député et ministre de la Chambre des communes à signer une lettre d’appui à l’hôpital Montfort. Je défends sans relâche le Collège d’Alfred, fleuron francophone canadien par excellence dans le domaine agricole. J’ai attaqué publiquement Mike Harris pour son non-engagement dans le dossier « Ottawa, ville bilingue ». J’ai reçu à trois reprises l’Ordre de la Pléiade, décerné par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, dont j’ai fondé la section ontarienne il y a plusieurs années.

Je comprends fort bien que vous m’ayez accordé un prix citron parce que j’ai fait tout ce qui était possible, à titre de Leader du gouvernement du Canada, pour assurer l’adoption du projet de loi C-20 sur la clarté référendaire, assurant du même coup à tous les Canadiens et Canadiennes que notre pays restera uni, à moins qu’une volonté claire d’une majorité de Québécois et Québécoises décident qu’il en soit autrement. Quelle coïncidence, d’ailleurs, que le séparatiste que vous êtes me remette ce prix quelques heures à peine après l’adoption de C-20…

Pour toutes ces raisons, j’accepte avec « plaisir » le prix citron de votre groupe, trop occupé à essayer de briser le pays, alors que d’autres tentent de lui conserver son titre de meilleur pays au monde!

Bonne journée de la Francophonie!

L’honorable Don Boudria
Ministre d’état et Leader du gouvernement à la Chambre des communes
Téléc. : (613) 996-9123
Courriel: Boudria.D@parl.gc.ca