DISQUES VIDÉO NUMÉRIQUES (DVD)

DISQUES VIDéO NUMéRIQUES (DVD)

Objet: Sous-titrage des disques vidéo numériques (DVD)

Comme vous le savez, les capacités de stockage des disques vidéo numériques
permettent d’y inclure de nombreuses pistes vocales qui donnent au
spectateur d’un film enregistré sur ce support un choix de langues assez
varié. De la même manière, on a également le choix entre plusieurs langues
de sous-titrage.

En ce qui concerne les films américains, le sous-titrage en anglais suit
exactement la piste vocale de langue anglaise, c’est-à-dire que les paroles
des acteurs sont retranscrites exactement dans les sous-titres. Cependant,
cela n’est nullement le cas pour les autres langues de doublage. Un
échantillonnage de plusieurs dizaines de films m’a permis de constater que
cette situation semble être généralisée et qu’elle est certainement le
résultat d’une politique délibérée de la part des sociétés et compagnies
américaines qui produisent ce type d’enregistrement à destination du grand
public.

Le spectateur a donc la possibilité d’utiliser les DVD de films américains
pour perfectionner son anglais mais aucune autre des langues de doublage
par lecture simultanée des sous-titres. Or, nous savons que, à terme, les
DVD sont appelés à remplacer les vidéocassettes…(…)

Puisque nos gouvernements disposent généralement de ministères “de la
communication”, il est certain que des hauts fonctionnaires sont au courant
de ce problème. Toléreront-ils qu’une telle situation se perpétue ? Quels
sont les moyens pouvant être mis en œuvre pour obliger les sociétés
productrices de DVD à inclure un sous-titrage qui suive exactement le texte
des pistes vocales ?

Il serait très intéressant de remonter les filières pour découvrir qui
donne les ordres pour interdire ainsi que les films américains enregistrés
sur DVD puissent être utilisés comme véhicules d’apprentissage de langues
autres que l’anglais. S’il s’agissait de directives privées, le
phénomène
serait sporadique et ne s’étendrait pas à tous les distributeurs… Alors…?

Nous savons depuis longtemps que les états-Unis, l’Angleterre et
l’Australie font des efforts promotionnels gigantesques, mais furtifs, de
leur principale langue nationale et aucun détail, aussi bénin puisse-t-il
être en apparence, n’est laissé au hasard. Cela ne présente pas
d’inconvénient particulier dans la mesure où l’on en est conscient.
Cependant, pourquoi nos services publics et nos gouvernements respectifs,
en Europe, en Amérique latine ou au Canada, nous mettraient ainsi en
position désavantageuse en ne faisant rien alors qu’un simple amendement de
la réglementation déjà existante rétablirait facilement l’équilibre dans le
cas des DVD ?

Tout comme le problème de la langue de rédaction des brevets européens,
c’est ce genre de “détail” qui, à terme, sape furtivement mais très
efficacement la présence des langues autres que l’anglais dans l’espace
occidental. C’est également ce type de “détail” qui détourne de
l’apprentissage des langues occidentales autres que l’anglais
d’innombrables Asiatiques…

Mes observations sont confirmées pour les DVD de films américains codés
zone 1 et zone 2. Qu’en est-il pour les quatre autres zones ? Les abonnés
de la liste qui habitent en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Afrique ou
en Asie pourraient-ils nous donner des renseignements à ce sujet ?

Charles Durand

Charles.Durand@utbm.fr

(Ce texte a été extrait du groupe de discussion langue-fr@egroups.fr )

(Le 6 novembre 2000)