DES ANGLOPHONES D’OTTAWA MONTENT AUX BARRICADES

DES ANGLOPHONES D’OTTAWA MONTENT AUX BARRICADES
Le français occupe trop de place dans les administrations municipales…

La question du bilinguisme dans la région d’Ottawa refait surface et cette fois, c’est
au sujet des services qui seront offerts dans la future ville unifiée. Lors de la
première réunion, lundi soir, du Conseil de transition charge de fusionner les 11
municipalités de la région d’Ottawa-Carleton, plusieurs citoyens se sont plaints du
français, qui, dit-on, occupe trop de place dans les administrations municipales.

Ils ne veulent pas que la nouvelle ville d’Ottawa perpétue ce qu’ils appellent un
désastre. Un des citoyens a qualifié d’incompétente une des deux membres francophones
du conseil de transition. Un autre a suggéré qu’on mette d’abord à pied les employés
municipaux qui résident au Québec, s’il devait y avoir réduction de personnel a cause
de la fusion. Plusieurs des opposants étaient les mêmes qui avaient vivement contesté
l’embauche de David Levine à la direction de l’Hôpital d’Ottawa, il y a deux ans.

(Texte extrait du site Internet de Radio-Canada qui nous a été communiqué par notre
correspondant Daniel A. Duclos d.duclos@sympatico.ca
)

(Le 14 mars 2000)