CONSULTATION PUBLIQUE

CONSULTATION PUBLIQUE

Conseil de la radiodiffusion et des
télécommunications canadiennes
Ottawa (Ontario)
K1A 0N2

Objet : Consultation
La programmation canadienne télévisuelle
de demain : une question qui nous concerne tous

Votre avis public du 6 mai dernier invite les organismes et individus à émettre leurs
opinions concernant la programmation télévisuelle canadienne. Nous appuyons ce
mécanisme de consultation grâce auquel le Conseil s’assure de la participation
éclairée du public dans l’exercice de son mandat.

Au seuil du XXIe siècle, il est vrai que la télévision canadienne doit relever
plusieurs défis, dont la fragmentation de son auditoire, la conversion de la technologie
analogique aux signaux numériques et la concurrence américaine. Quant à la production
de télévision francophone, elle est confrontée à une menace des plus dangereuse: celle
de l’effritement de son auditoire. Les ondes commerciales relèvent du domaine public. La
télé et la radio véhiculent la langue et la culture. Par conséquent, le CRTC devrait
être plus vigilant maintenant qu’au cours des dernières années devant la très rapide
croissance de la programmation anglaise dans les régions bilingues.

Dans Ottawa-Hull, le CRTC a permis, depuis 1995, à des télédiffuseurs de
l’extérieur de cette région d’implanter des antennes de transmission. CFMT de Toronto
diffuse ici sur le canal 60; CITY-TV de Toronto émet sur le canal 65; CHCH de Hamilton
sur la fréquence 11; CHRO de Pembroke émet sur la 43. Le CRTC a permis à ces stations
de s’implanter ici alors qu’elles n’ont pas de dépenses de production locale et que le
nombre d’émissions américaines dans leur programmation est élevée. Par exemple, le
canal multilingue CFMT diffuse une partie de ses émissions de soirée en anglais, mais
cette programmation est presqu’entièrement importée des états-Unis. Dans les décisions
d’acceptation des demandes de CITY-TV (décision #96-543) et de CHCH (décision #96-544),
les exigences en matière de contenu canadien manquent totalement de clarté.

De plus, les fournisseurs de signaux des deux rives de l’Outaouais peuvent demander
priorité dans les services de câblodistribution de la région. Ces nouvelles stations
dont la programmation est largement américaine ont maintenant accès au marché
francophone des deux rives par la voie des ondes (qui ne s’arrêtent pas aux frontières)
et par celle des services de câblodistribution.

Ces stations représentent une concurrence additionnelle aux stations francophones
puisque l’auditoire francophone est passablement bilingue dans la région et que la
production américaine tend à nous envahir. Le CRTC, dans ses décisions #96-542, #96-543
et #96-544, a permis à ces stations, diffusant de la programmation étrangère à bon
marché et sans production locale, de s’introduire dans nos foyers. Il avait déjà agi de
cette manière avec Global-TV il y a plusieurs années, et aujourd’hui, il récidive.
Cette concurrence est injuste si le CRTC ne s’assure pas que les nouveaux joueurs
augmentent leur production canadienne au même niveau que Quatre-saisons, TVA, et
Télé-Québec qui produisent la plupart des émissions inscrites à leur programmation ou
diffusent des émissions produites au Québec. Comment le CRTC peut-il prétendre
protéger la programmation canadienne si de telles décisions sont prises ?

Cette tendance à laisser les télédiffuseurs indépendants implanter des émetteurs
à l’extérieur de leur région de production contribue grandement à l’assimilation des
minorités francophones, dont la survie est de plus en plus menacée, dans des régions
comme celles de l’Outaouais, de l’Est et du Nord de l’Ontario. Rappelons-nous que ces
télédiffuseurs ont aussi obtenu l’accès au nord de l’Ontario. Cette situation risque de
s’aggraver si on permet à ces stations de s’établir un peu partout au Canada et au
Québec. De plus, on nuirait ainsi à l’expansion de la télévision en français.

Afin de bien expliquer ces points de vue, nous désirons faire une présentation devant
le Conseil, lors des audiences publiques du 23 septembre prochain.

P.-S. La programmation télévisuelle canadienne – Faites nous parvenir vos
commentaires : Imperatif@imperatif-francais.org

Renseignements :

Jean-Paul Perreault
Président
Tél. et téléc. : (819) 684-7119
C. élec. : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org