CHAREST SONNE LA FIN DU FRANÇAIS AU QUÉBEC

CHAREST SONNE LA FIN DU FRANçAIS AU QUéBEC

Charest sonne la fin du français au Québec s’il va de l’avant avec l’enseignement de
l’anglais en première année. Québécois, réveillez-vous!

Extrait d’un article de Norman Délisle de la Presse canadienne.

HULL (PC) – Le Parti libéral du Québec a amassé 3,5 millions $ lors de sa campagne
de

financement de l’an 1999. Il vise recueillir 2,7 millions $ cette année.

Ces données ont été rendues publiques samedi devant les 400 membres du conseil
général du parti réunis dans l’Outaouais.

C’est le député de Laporte, André Bourbeau, qui présidait la campagne de
financement de 1999.

Celle de l’an 2000 sera sous la présidence du député de Mont-Royal, André
Tranchemontagne, qui, avant son élection à l’Assemblée nationale en 1998, était vice-président
de Molson, la plus

importante brasserie du Québec. Le PLQ a terminé la dernière campagne électorale
avec une dette frisant les 2 millions $. Mais cette année, le financement atteint un
montant record pour une période où le PLQ siège dans l’opposition.

Education

Par ailleurs, les membres du conseil du Parti libéral ont adopté quelques mesures
susceptibles de bouleverser le secteur de l’éducation.

Ils ont exigé que les étudiants du cours primaire voient la durée de leur semaine
scolaire allongée d’une heure et demie, afin de contrer les difficultés de
compréhension et d’écriture qu’ils éprouvent.

De plus, une résolution exigeant que l’enseignement de la langue anglaise comme langue
seconde débute dès la première année (au lieu de la quatrième année) a été très
majoritairement adoptée, sans débat.

L’enseignement religieux à l’école a cependant soulevé un débat houleux. Des
militants ont souligné que la religion et l’école ne devaient pas être liées,
notamment parce que la société québécoise a évolué et est devenue pluraliste. Le
président de la commission politique, Marc-André Blanchard, a dû intervenir pour
rappeler que le Parti libéral s’était déjà prononcé sur la question, en faveur du
droit des parents d’envoyer leurs enfants dans des écoles qui respectent leurs
convictions religieuses.

(…)

Texte transmis par notre correspondant Daniel Duclos d.duclos@sympatico.ca

(Le 21 février 2000)