CANADA.COM

CANADA.COM

J’ai visité ce tout nouveau site Internet « unilingue anglais » de la
capitale du Canada, Ottawa.com : http://www.ottawa.com
.

Choquant, oui, mais il y a encore plus choquant. Parmi les supporters
de ce site figure le site http://www.canada.com.
J’y ai donné un petit clique,
et surprise!, ce site est uniquement anglais.

Il est évident que le site www.canada.com est conçu par les
anglophones pour les anglophones, et c’est tout à fait acceptable dans
le sens qu’ils ont droit à leurs propres sites. Mais ils auraient dû le
nommer www.english-canada.com.

Leur choix de nom www.canada.com
indique bien la vérité: le Canada
appartient aux anglophones; le Canada est un pays anglophone.

Les Québécois s’identifient de moins en moins au Canada, et pour bonnes
causes. Les anglophones n’y comprennent rien à ce que les Québécois rejettent
le "meilleur pays au monde". Mais comment espérer s’identifier au site
www.canada.com ? C’est impossible. Ce
serait ignorer sa propre existence
de Québécois et de Canadiens français.

Cet incident ( www.canada.com ), et
une multitude d’autres incidents,
démontrent clairement que le Canada rejette les Québécois, et non
l’inverse. Allons-y avec un autre exemple. Le magazine MacLean’s se
proclame «The prefered magazine of Canadians» (ou quelque chose en ces
termes). Ah! Tiens! MacLean’s n’a évidemment pas chercher l’avis de la
majorité de Québécois qui lisent L’Actualité. MacLean’s devrait plus
précisément se dire «The prefered magazine of English Canadians».

Encore une fois, les Québécois sont oubliés ou, plus exactement, ils sont
confondus avec les anglophones! Et ça ne sert à rien de discuter vu que
la majorité anglophone semble bien croire que l’identité québécoise
n’est qu’une invention du PQ, donc n’est pas crédible, n’est pas valide.
D’ailleurs les anglophones de l’Ouest ont tendance à dire de Céline Dion "she
is from Quebec", et non "she is a Quebecer", ou encore moins "she is a
Québécois".

Remarquez que L’Actualité ne se dit jamais "Le magazine de choix des
Canadiens". Les anglais s’imposent au Canada, mais les Québécois ne le
font pas. Hélas! Dans son aveuglement chronique, le Canada anglais croit
fermement l’inverse. Y a rien à faire!

Jean Corriveau, Winnipeg
corriveauj@home.com
(Le 19 janvier 2000)