BEAUCHEMIN

LES
DéJEUNERS-CAUSERIES D’IMPéRATIF FRANçAIS

SEMAINE DE LA LANGUE FRANçAISE ET
DE LA FRANCOPHONIE

Le dimanche 19 mars à 11 heures

beauchemin.jpg (22568 bytes)

Agora
Gilles-Rocheleau
Maison du Citoyen
25, rue Laurier
Hull (Québec)
Tél. : (819) 684-8460

Yves Beauchemin,
écrivain

Né à Noranda en 1941, marié et père de deux
enfants, Yves Beauchemin est l’auteur du best-seller international Le Matou, roman traduit
en dix-sept langues et vendu à plus d’un million d’exemplaires. Il a publié deux autres
romans, L’Enfirouapé et Juliette Pomerleau, un journal, Du Sommet d’un arbre, des romans
pour la jeunesse, des nouvelles et un livret d’opéra. Ses livres lui ont valu de nombreux
prix. En septembre 1993, Yves Beauchemin faisait son entrée à l’Académie des lettres du
Québec. Son dernier livre Les émois d’un marchand de café est en lice pour le Prix des
libraires (France).

Le thème de la causerie de monsieur Beauchemin sera
:

UN QUéBEC COINCé !

Depuis le référendum de 1995, les Québécois
vivent une autre de leur fameuse déprime existentielle. Le titre de la conférence tente
de décrire cet état d’âme. S’il persiste, ce dernier aura des répercussions politiques
(pertes du pouvoir par le Parti québécois et pertes de pouvoirs par le Québec au profit
du Canada anglais); ces pertes agiront à leur tour sur la situation du français au
Québec.

J’analyserai les causes de cette déprime. Elles
sont, à mon avis, au nombre de quatre. La première, existentielle, concerne l’image que
les Québécois ont d’eux-mêmes. Les trois autres sont circonstancielles : a) la
quasi-victoire du référendum de 1995 a laissé, après une courte euphorie, un sentiment
d’échec; je montrerai que cette quasi-victoire est en fait une victoire volée et je
décrirai la curieuse réaction des Québécois à cet égard; b) la guerre économique,
juridique et politique dans laquelle s’est engagé à fond de train Ottawa contre le
Québec, avec les résultats que l’on sait : coupures de services, frustration des
citoyens à l’égard du gouvernement québécois, flottement de ce dernier devant
l’affaiblissement de ses appuis, déstabilisation émotive de l’électorat; c) l’attitude
du présent gouvernement dans le dossier linguistique.

Je décrirai les effets linguistiques et autres
d’une victoire massive d’Ottawa sur le Québec. Cela nous amènera à parler de
souveraineté.

Je terminerai par un aperçu des solutions qui
m’apparaissent les meilleures.

Photo sur Internet :
http://www.quebec-amerique.com/00_AUTEUR/HTML_0/12.html