BAVURES, PRIX COCO, PRIX CITRON

BAVURES, PRIX COCO, PRIX CITRON

BAVURES LINGUISTIQUES : MENTIONS DéSHONORABLES

– La pratique de gestion de Voyageur Colonial qui permet l’embauche de chauffeurs d’autobus unilingues anglophones, donc incapables de desservir la clientèle francophone.

– Le site Web canadien de Sony Music Canada qui, pour donner accès à une artiste québécoise francophone, à savoir Céline Dion, oriente les internautes vers la France. Qui plus est, dans ses sites Internet «canadiens», Sony Music ignore toujours la langue maternelle de Céline, qui est une langue officielle du Canada. Et pour comble du ridicule, lorsqu’il a atteint le site de Sony Music en France, le surfeur n’a qu’à cliquer sur le « drapeau du Canada » pour accéder au site canadien unilingue anglais dédié à Céline Dion. ( http://www.celineonline.com )

PRIX COCO 1998-1999

– Aux propos de madame Shena Poplack, sociolinguiste à l’Université d’Ottawa, dans lesquels elle soutient que d’angliciser la langue française, notamment de parler le franglais, serait un enrichissement. Parler un français truffé d’anglicismes « n’est pas une menace pour la langue française », dit-elle, puisque « l’anglais ajoute plus qu’il n’enlève au français » !

– Au calendrier 1999 de la Chambre des Communes distribué aux résidents de Hull-Aylmer, dans lequel on a exclu la Saint-Jean et la Fête nationale du Québec… sans oublier toutefois de mentionner les fêtes suivantes : la Saint-Patrick, la Journée Martin-Luther-King, la Pâque juive, la Fête de la Reine, la Fête du Canada, la Fête de l’Indépendance des états-Unis, la Fête civile de l’Ontario, la Fête nationale des Acadiens, la Yom Kippour et tant d’autres…

PRIX CITRON 1998-1999

– Au piètre service télévisuel offert par Rogers Cablesystems aux francophones du Canada hors Québec, notamment dans la région de la Capitale fédérale. Par exemple, « à Ottawa, il y aurait 14 canaux de langue française pour 140 000 francophones, soit un canal par tranche de 10 000 francophones, alors que dans l’Outaouais, il y en aurait 38 de langue anglaise pour 34 500 anglophones, soit un canal par tranche de 900 anglophones. Pour avoir accès au même niveau de service, les francophones doivent être onze fois plus nombreux ou, si vous préférez, les anglophones du Québec doivent être onze fois moins nombreux. » [AMÉRICANISATION ET ANGLICISATION DES ONDES].

– La publicité de Volkswagen qui fait disparaître la Coccinelle pour la remplacer par la New Beetle.

– Au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui, bien qu’ayant comme mandat de « veiller à ce que la majorité des canaux soient réservés aux services canadiens », contribue à américaniser et à angliciser les ondes télévisuelles en élargissant le choix en anglais, et en laissant les câblodistributeurs accorder la priorité aux chaînes étatsuniennes plutôt qu’aux chaînes canadiennes… de langue française.

Impératif français
Tél. et téléc. : (819) 684-7119
Courriel : Imperatif@imperatif-francais.org
Site : http://www.imperatif-francais.org

(Le 14 mars 1999)