BAVURE LINGUISTIQUE IV : LE RADOTAGE DE L’AMT

La diffusion de ce message est grandement recommandée. Merci !

BAVURE LINGUISTIQUE IV : LE RADOTAGE DE L’AMT

Une étude réalisée en 1997 par le Conseil de la langue française
sur le français affirme que « l’usage du français comme langue publique doit être
d’usage courant au Québec ». L’étude ajoute : « c’est à Montréal, et
particulièrement dans l’Île-de-Montréal, que des progrès restent à faire. »

De leur côté, les politiciens déclarent, à chaque occasion qui se
présente, que le français doit être la seule langue commune du Québec.

Vous conviendrez que le français ne s’imposera dans la région
métropolitaine comme langue d’usage publique et langue commune que si, entre autres,
les institutions publiques donnent l’exemple.

L’usage public de deux langues par l’administration publique
correspondrait à donner le message contraire à celui souhaité et serait, par
conséquent, nuisible à la protection et à la promotion de la langue française; à la
sécurité linguistique des Québécois…

Que faut-il, dès lors, penser de l’Agence métropolitaine de
transport
(l’AMT), organisme gouvernemental dont les membres du conseil
d’administration sont nommés par le gouvernement, qui fait chaque jour, plusieurs
fois par jour, la promotion de la langue anglaise au Québec. En effet, l’AMT
martèle heure après heure, jour après jour, à l’année longue, sans cesse à bord
de ses trains de banlieue que le Québec a deux langues communes, deux langues
officielles, deux langues d’usage public : l’anglais et le français !

« Station du Ruisseau – Du Ruisseau Station »

Malgré les recommandations du Conseil de la langue française,
le gouvernement du Québec par l’intermédiaire de l’AMT choisit ainsi de faire
la promotion de l’anglais et cela, de surcroît, dans une région où la langue
française a besoin de l’appui de tous, la région métropolitaine de Montréal!

« Station Canora – Canora Station »

Sur le site Internet de l’AMT, la présidente-directrice
générale, madame Florence Junca-Adenot, déclare que le transport en commun « contribue
directement à cette vitalité en permettant chaque jour à près de 750 000 personnes…
» de se faire répéter que, contrairement aux déclarations de politiciens, aux désirs
de la population et aux politiques linguistiques existantes, le Québec a aussi
l’anglais comme langue commune, langue d’usage publique, langue officielle…

« Station Montpellier – Montpellier Station »

Que l’on aille tout de même pas invoquer la sécurité des
passagers pour justifier ce genre d’excès de bilinguisme, ce radotage ridicule !!!

Cependant, en agissant ainsi, l’AMT fait, à sa façon, la
promotion de l’anglicisation des allophones, encourage l’unilinguisme anglais,
banalise et fragilise la langue française dans une région où elle a besoin de
l’appui de tous, vient dire aux anglophones et aux allophones qu’ils ont bien
raison de ne pas apprendre la langue commune du Québec, le français, etc.

Les coordonnées suivantes sauront vous être utiles. N’hésitez
surtout pas à les utiliser :

Madame Florence Junca-Adenot
Présidente-directrice générale de l’AMT
Tél. : (514) 287-2464
Téléc. : (514) 284-2460
Courriel : info@amt.qc.ca

Madame Louise Harel
Ministre des Affaires municipales et de la Métropole
ministre@mam.gouv.qc.ca

Madame Louise Beaudoin
Ministre responsable de la Charte de la langue française
cabinet@mri.gouv.qc.ca

(Le 13 décembre 1999)